Politique

Katumbi ne renonce pas à sa candidature

Katumbi ne renonce pas à sa candidature

L'opposant congolais Moïse Katumbi a déclaré à la BBC n'avoir pas renoncé à sa candidature à l'élection présidentielle de décembre prochain en République démocratique du Congo.

L'ancien gouverneur du Katanga affirme qu'il va solliciter l'intervention de l'Union africaine et de la SADC, une organisation qui réunit plusieurs pays de la région, pour être autorisé à regagner son pays et à déposer sa candidature.

M. Katumbi espérait entrer en RDC, après deux ans d'exil, pour déposer sa candidature, mais il est interdit par les autorités congolaises de regagner son pays.

Il risque de ne pas pouvoir déposer sa candidature avant la date limite fixée au mercredi 8 août.

Depuis plusieurs jours, Moïse Katumbi se trouve en Zambie, pays voisin de la RDC.

Ghislain Robert Lubara, le maire de Lubumbashi, a interdit l'atterrissage à l'aéroport de la ville de l'avion qui transportait l'opposant.

 

Il a invoqué un "dossier judiciaire actif" pour justifier cette interdiction.

Accusé d'avoir vendu illégalement des biens qui ne lui appartenaient pas, Moïse Katumbi a été condamné par contumace à trois ans de prison.

Il a rejeté cette accusation.

Il dénonce par ailleurs "l'ingérence" du président Joseph Kabila dans l'organisation de l'élection présidentielle.

Le dernier mandat du président Kabila a officiellement pris fin en décembre 2016, puisqu'il n'est pas autorisé par la Constitution à se présenter pour un troisième mandat.

L'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale après 10 ans de prison, a déposé sa candidature à l'élection présidentielle.

Commentaires