Politique

Inscription sur la liste électorale : Lobognon exige une CEI « juste et indépendante »

Inscription sur la liste électorale : Lobognon exige une CEI « juste et indépendante »

Dans une publication sur sa page Facebook, Alain Lobognon a chargé la Commission électorale indépendante (CEI) et l’Office national d’identification (ONI) à propos de l’identification sur la liste électorale.  

 

Tout est parti d’une interview que Gervais Coulibaly, 2ème vice-président de la CEI, a accordé à nos confrères de Fraternité Matin. A la question de savoir pourquoi le taux d’électeurs est faible en Côte d’Ivoire, M. Coulibaly a énuméré trois raisons notamment, l’inscription sur la liste électorale n’est pas une obligation en Côte d’Ivoire, les Ivoiriens sont moins disposés à s’inscrire sur la liste électorale et le fort taux d’immigration.

Alain Lobognon a tenu à réagir par rapport à la 3ème raison évoquée par le responsable de la CEI. «Le taux d’immigration en Côte d’Ivoire ne saurait justifier le faible taux d’Ivoiriens sur la liste électorale. La CEI qui compte en son sein des acteurs qui ont été témoins de l’élaboration de la liste en 2008, doit noter qu’aux 6 millions d’électeurs d’il y a 10 ans, devraient s’ajouter plusieurs centaines de milliers de nouveaux citoyens ivoiriens, c’est à dire des nationaux ivoiriens disposant de leurs droits politiques », a affirmé l’ex ministre des Sports.

Le député-maire de Fresco a soutenu dans sa publication que la CEI devrait «exiger et obtenir de l’ONI le nombre officiel de nouveaux détenteurs de cartes nationales d’identité établies depuis les élections générales de 2011».

« Malheureusement, ni la CEI, ni l’ONI n’ont à ce jour dit avec précision le nombre de nouveaux détenteurs de la carte nationale d’identité ivoirienne, en dehors des déclarations faisant état de ce que les Ivoiriens seraient peu disposés à retirer les cartes nationales d’identité établies par l’office national d’identification », a-t-il déploré.

Le parlementaire a reproché à Gervais Coulibaly d’avoir justifié le faible taux d’inscription sur la liste électorale. Bien au contraire, pense-t-il, la CEI devrait «s’inquiéter de l’absence de volonté étatique en Côte d’Ivoire pour faciliter l’accès des citoyens ivoiriens à la carte nationale d’identité».

« Qu’est-ce qui pourrait justifier, alors que le vote en Côte d’Ivoire n’est pas obligatoire que le citoyen ivoirien pour figurer sur la liste électorale de son propre pays, soit contraint de débourser plus de 15,000 FCFA pour obtenir soit une hypothétique carte nationale d’identité, soit une attestation d’identité, qui s’est illégalement substituée au document officiel d’identité? », s’est interrogé ce proche de Guillaume Soro. Il a aussi préconisé que la CEI soit juste et indépendante « en demandant au Gouvernement de faciliter l’accès à la carte nationale d’identité à la majorité des 24 millions d’habitants ».

 

 

Commentaires