Politique

Infanticides et violences: Ouattara "condamne avec la plus grande fermeté ces crimes ignobles"

Infanticides et violences: Ouattara

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a condamné "avec la plus grande fermeté" les actes d’incivisme et les infanticides, " ces crimes ignobles", observés ces derniers mois en Côte d’Ivoire, dans une déclaration à Abidjan.

"Je condamne avec la plus grande fermeté ces crimes ignobles, perpétrés sur des enfants sans défense", a-t-il déclaré, ajoutant que "Tous les moyens humains et matériels seront déployés pour faire la lumière sur ces évènements ignobles, afin d’éviter que cela ne se reproduise. Il ne doit plus jamais y avoir de cas de Bouba en Côte d’Ivoire".

Le samedi 24 février dernier, le corps sans vie de Traoré Abdoul Sidick dit "Bouba", âgé de quatre ans a été retrouvé vidé de son sang pour un crime rituel.

Une semaine plus tard, une marche silencieuse a réuni plusieurs centaines de personnes au CHU d’Angré en vue de rendre hommage au disparu et dénoncer l’enlèvement et/ou l'assassinat des enfants en Côte d’Ivoire.

"Je voudrais également revenir sur les comportements inciviques et les attaques contre les symboles de l’Etat qu’il nous a été donné d’observer dans certaines localités de notre pays, notamment à Guiglo, Soubré, Bloléquin et, plus récemment, à M’bahiakro", a également dit M. Ouattara.

A Soubré, le 5 février dernier, suite à un incendie qui a ravagé le grand marché, la population tenant le maire pour responsable a mis le feu à la mairie et au domicile du maire.

Suite à la mort par balle d'un conducteur de moto à Bloléquin le 23 février à un barrage, la population a assassiné un gendarme et mis le feu à la brigade de gendarmerie. Puis elle a pillé les domiciles du préfet et sous-préfet après avoir incendié des motos, des domiciles et des véhicules.

Enfin à M'Bahiakro le 5 mars, après la découverte du corps sans vie d'une élève violée puis vidée de son sang par un présumé prisonnier, des élèves de la ville ont mis le feu à la brigade de gendarmerie de la ville et pillé des domiciles.

Selon Alassane Ouattara qui a présenté ses "condoléances aux familles endeuillées, "Tous les suspects seront traduits devant la justice et les coupables seront sévèrement punis".

"72 personnes ont été interpellées suite aux événements survenus à Soubré, Bloléquin et M’Bahiakro,", a révélé le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, à l'issue d’un Conseil des ministres un peu plus tôt mercredi.

Commentaires