Politique

Indemnisation des victimes des crises ivoiriennes : 200 millions de FCFA pour indemniser 206 victimes à Toulepleu et Daloa

Indemnisation des victimes des crises ivoiriennes : 200 millions de FCFA pour indemniser 206 victimes à Toulepleu et Daloa

« C’est un véritable soulagement. Nous avions commencé à douter. Merci au Président Alassane Ouattara pour cette compassion ». C’est en larmes, avec la gorge nouée, que l’une des 206 victimes indemnisées ce week-end à Toulepleu et Daloa a traduit sa gratitude et sa reconnaissance au Chef de l’Etat. Munie de son chèque, elle explique comment elle pourra enfin mener une activité génératrice de revenus pour faire face aux besoins de sa famille. C’était le week-end dernier, en présence, d’élus, cadres et autorités des départements bénéficiaires.  

 

La ministre Mariatou Koné a effectué le déplacement pour remettre des chèques et bons de prise en charge médicale et psychologique à chacune des victimes réunies à la Préfecture de Daloa et à la Mairie de Toulepleu.

 

Au cours de ces cérémonies, la ministre Mariatou Koné a rappelé la gratuité de l’opération : « Nous n’avons mandaté personne pour parler et agir en notre nom. Les seules à qui vous devez vous référer si besoin il y a, sont le corps préfectoral et/ou les directions régionales du Ministère de la Femme, de la protection de l’Enfant et de la Solidarité. Si quelqu’un vous dit de payer pour qu’il vous inscrive sur la liste des victimes, c’est qu’il veut vous extorquer de l’argent », a averti le Professeur Mariatou Koné. Elle a fait également la précision suivante : « Ce sont les ayants droit des victimes et les blessés qui de façon directe peuvent retirer leur chèque après présentation bien évidemment des documents justificatifs ».

 

Par ailleurs, la Ministre a profité de ces tribunes pour annoncer la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus destinées aux victimes en situation de vulnérabilité, surtout aux veuves. Les projets retenus seront financés sous forme de crédit aux bénéficiaires, à travers les Systèmes Financiers Décentralisés, sans épargne préalable et sans aval, avec un taux d’intérêt réduit.

 

Il convient de rappeler que la grande phase d’indemnisation des victimes des crises survenues en Côte d’ivoire prend en compte de nouvelles formes de réparation telles que la prise en charge scolaire des orphelins.

Commentaires