Politique

Gabegie / Limogeage de Lucien Kouassi Oka, le DAF de la Primature: Est-ce vraiment lui le responsable ?

Gabegie / Limogeage de Lucien Kouassi Oka, le DAF de la Primature: Est-ce vraiment lui le responsable ?

Fini les abus lors des voyages à l’étranger. Le président Alassane Ouattara a décidé de taper du poing sur la table et il l’a fait savoir lors du dernier conseil des ministres. 

A l’origine, et c’est Jeune Afrique du 18 octobre 2014 qui lève le lièvre, lors de la dernière mission du Premier ministre Daniel Kablan Duncan aux Etats-Unis (assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fmi, prospection à Houston et autres), le premier des Ivoiriens s’est rendu compte que ce voyage a coûté près de 400 millions de Fcfa, soit près d’un demi milliard, au lieu de 250 millions de Fcfa. Et toujours selon Jeune Afrique, des personnes logeaient même dans des suites présidentielles quand une assistante ministérielle était défrayée à 3 000 dollars (1,5 million de Fcfa par jour). Inadmissible pour un pays comme la Côte d’Ivoire. Surtout quand on sait que parmi tous ceux qui font partie des délégations ministérielles lors des missions à l’étranger, beaucoup y vont en touristes, et cela aux frais du contribuable ivoirien. Des personnes qui n’ont souvent rien à voir avec la mission officielle font partie des voyages à l’étranger. Et il n’est pas rare de les voir par la suite courir de free shop en free shop. A l’arrivée, à l’aéroport d’Abidjan, ce sont ces voyageurs qui ont le plus de bagages car convaincus qu’ils passeront par le salon d’honneur et seront exempts de taxes. Il est vrai et comme l’a mentionné le dernier conseil des ministres, tous les voyages à l’extérieur seront validés en Conseil des ministres. Mais le président de la République doit aller plus loin. Lucien Kouassi Oka, le directeur administratif et financier de la Primature qui a été relevé de ses fonctions n’est peut-être que la face visible de l’iceberg, un second, troisième voire quatrième couteau. Qui plus est un exécutant. Les responsabilités doivent être davantage situées et les ministres qui s’adonnent à de telles pratiques doivent publiquement être dénoncés, sanctionnés. Surtout que beaucoup parmi eux sont des récidivistes notoires. Il y a bien un code de bonne conduite qui a été signé par les membres du Gouvernement. Nul n’est censé ignorer parmi ces ministres du Gouvernement Ouattara que l’Etat met un point d’honneur depuis quelques années à optimiser les dépenses et la gestion du calendrier des conférences et missions. Toute chose qui fait constamment l’objet de rencontres pour un recadrage des allocations budgétaires. Si, ne sont pas des chambres qui sont affectées à des personnes qui n’y ont pas droit, ce sont des billets d’avion qui sont achetés n’importe comment. L’atelier intitulé «Gestion du calendrier 2014 des conférences et missions et perspective d’optimisation des allocations budgétaires » dont la clôture a eu lieu le 10 octobre 2014, a recommandé de mettre en place un nouveau système de maîtrise des coûts de billets d’avion. Ainsi, la Direction de la Solde va désormais centraliser toutes les réservations de billets d’avion concernant les conférences et missions sauf les déplacements ministériels dont les réservations de billets d’avion doivent être confiées à leurs cabinets respectifs en raison des contraintes spécifiques liées à leurs déplacements. L’atelier a recommandé d’approcher plusieurs agences de voyage pour avoir la meilleure proposition de prix du billet d’avion avant la rédaction de la Conférence des Calendriers et Missions(CCM). Il a été aussi évoqué la nécessité de signature du projet de décret fixant le régime des déplacements des membres du gouvernement, des fonctionnaires et agents en service dans les administrations et établissements publics nationaux et fournir les justificatifs des frais annexes inhérents aux missions. En tout cas, rien ne se fera plus comme par le passé et celui qui se fera prendre, devra répondre de ses actes. C’est aussi cela la bonne gouvernance et c’est la voie tracée pour atteindre l’émergence qui est un véritable package. Tout le monde doit s’y conformer même ceux qui en font un refrain à tous les discours.

Jean Eric Adingra

Le titre est de la rédaction  

Commentaires