Politique

Fusillade dans une synagogue à Pittsburgh, plusieurs morts

Fusillade dans une synagogue à Pittsburgh, plusieurs morts

Un tireur a ouvert le feu samedi dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, alors que les fidèles étaient rassemblés pour l'office du chabbat, faisant plusieurs victimes, avant de se rendre. « Le suspect de la fusillade est en garde à vue. Nous avons de nombreuses victimes à l'intérieur de la synagogue, il y a trois officiers qui ont été touchés », a indiqué sur place un porte-parole de la police.  

 

La fusillade s'est déroulée dans la synagogue « Arbre de vie » (Tree of Life) où des fidèles étaient rassemblés pour l'office du samedi matin.

Tout a commencé peu après 10H00 locales quand la police locale a appelé les habitants du quartier à rester chez eux, évoquant un « tireur » à proximité de la synagogue. « Il y a un tireur dans la zone de Wilkins et Shady. Eviter le quartier », ont tweeté les services de sécurité publique de la ville, qui ont déployé d'importantes forces sur place.

L'attaque a eu lieu dans le quartier de Squirrel Hill à Pittsburgh, centre historique de la communauté juive de cette ville du nord-est des Etats-Unis. « Il y a de nombreuses victimes », a rapidement expliqué Jason Lando, le commandant de la police de Pittsburgh. Trois officiers de police qui intervenaient sur la scène de la fusillade ont été touchés par des coups de feu.

Aucun bilan officiel n'est encore disponible. Selon la chaîne CNN, la fusillade aurait fait au moins 4 morts. Le président Donald Trump a indiqué sur Twitter qu'il suivait de près la situation. « C'est franchement une chose terrible, terrible ce qu'il se passe avec la haine dans notre pays et partout dans le monde », a déclaré le président américain, avant d'ajouter : « Et quelque chose doit être fait ».

Donald Trump a également souhaité renforcer la législation sur la peine de mort. « Quand des gens font ce genre de chose, ils devraient se voir infliger la peine capitale », a-t-il dit. Interrogé sur la violence par armes à feu dans un pays régulièrement endeuillé par les fusillades, il a estimé qu'un garde armé aurait pu stopper le tireur. « C'est un exemple où s'il y avait eu un garde armé à l'intérieur, ils auraient peut-être pu être en mesure de l'arrêter immédiatement », a-t-il dit.

Commentaires