Politique

Financement libyen : Béchir Saleh charge Nicolas Sarkozy

Financement libyen : Béchir Saleh charge Nicolas Sarkozy

L'ex directeur de cabinet de Mouammar Khadafi affirme pour la première fois que Nicolas Sarkozy a reçu des financements libyens pour sa campagne de 2007.  

L’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Béchir Saleh, affirme pour la première fois que Nicolas Sarkozy a bien reçu des financements libyens pour sa campagne présidentielle de 2007, dans un entretien diffusé dans Cash investigation (France 2) mardi 22 mai.

Interrogé par Elise Lucet, l'ancien dignitaire explique d'abord d'avoir "aucune information" sur d'éventuels financements. Lorsque l'échange se poursuit avec le journaliste Nicolas Vescovacci, il confirme finalement que des versements ont bien été effectués par l’ancien directeur du renseignement militaire Abdallah Senoussi, via le "canal" du ministère des Finances libuens. Béchir Saleh : "Abdallah Senoussi a dit qu’il donne de l’argent à Sarkozy." Le journaliste : "Vous venez de me dire que ça a eu lieu ?" Son interlocuteur confirme :"Oui, c'est vrai !" 

"Kadhafi avait un budget spécial pour les personnes qu’il voulait soutenir", explique-t-il ensuite, chiffrant à "350 millions d'euros" les fonds disponibles pour cet usage.

Nicolas Sarkozy a été mis en examen en mars pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens. 

L'affaire avait été révélée en mai 2012 par Mediapart, qui avait publié un document libyen faisant état d'un financement par la Libye et la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Les juges enquêtent depuis avril 2013 sur ces flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de Kadhafi par l'intermédiaire, notamment, de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine.

En novembre 2016, ce dernier avait ainsi affirmé avoir transporté 5 millions d’euros en liquide de Tripoli à Paris entre la fin de 2006 et le début de 2007 pour les remettre à Claude Guéant, puis à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur.

Commentaires