Politique

Face au chantage du FPI, le gouvernement catégorique : «S’ils ne veulent pas revenir, la vie continuera sans eux»

Face au chantage du FPI, le gouvernement catégorique : «S’ils ne veulent pas revenir, la vie continuera sans eux»

A la fin du Conseil des ministres extraordinaire, hier lundi 15 septembre 2014, à la préfecture de Daoukro, le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, a répondu aux différents sujets d'actualité dont le retrait du FPI de la CEI. 

« Nous n’allons pas faire la langue de bois. Evidemment, le chef de l’Etat et le gouvernement souhaitent que tous les acteurs politiques Ivoiriens puissent être contributeurs à toutes les étapes de l’organisation de ces élections. Le principe, c’est celui-là. C’est pourquoi, le gouvernement a mis beaucoup de temps (…pour) qu’il y ait un accord sur la composition de la Cei et la mise en place du bureau ». Bruno Nabagné Koné a dit ne pas comprendre ce retrait, estimant que « certaines personnes ont peut-être, d’autres agendas », a conclu le ministre de la Poste et des technologies de l’information et de la communication (Ptic).

Le vendredi 5 septembre, le FPI et ses alliés de l’Alliance des forces démocratiques (AFD, coalition de 12 partis politiques) avaient ‘’claqué la porte’’ lors de la mise en place du bureau de l’organe chargé d’organiser les élections générales de 2015, estimant que ‘’ le consensus ‘’ n’était pas de mise. 

Commentaires