Politique

Fabrice Sawegnon, de l’ombre à la lumière

Fabrice Sawegnon, de l’ombre à la lumière

Artisan des campagnes électorales victorieuses de nombreux chefs d’État du continent, Fabrice Sawegnon, communicant a décidé de descendre dans l’arène politique en briguant la mairie du Plateau, dans le centre d’Abidjan.

Prenez un homme qui n’a pas peur de grand-chose, donnez-lui une bonne dose de culot et un peu de talent, saupoudrez d’une pincée de flair, de quelques influentes relations, d’un esprit impitoyable… Et vous obtiendrez la recette du succès Sawegnon. À la tête de l’agence Voodoo depuis vingt ans, ce « sorcier » s’est spécialisé dans les potions censées rendre puissants ses clients.

Candidats à la magistrature suprême, présidents rêvant de se maintenir à leur poste… Ce maître de la communication ne murmure qu’aux oreilles de ceux qui comptent. Son succès séduit autant qu’il agace : « Fabrice Sawegnon a l’arrogance de ceux à qui tout sourit », résume l’un de ses concurrents.

Entrée en politique

Jeans, baskets et pectoraux tatoués sous une chemise blanche largement déboutonnée, il débarque au Peninsula, tout juste arrivé à Paris. Montre de luxe au poignet, cigare à la main, il tutoie les employés de ce palace à 1 300 euros la nuit. Mais Fabrice Sawegnon n’a pas besoin d’y dormir.

Après avoir dégusté ses tagliatelles au homard, il ira visiter un appartement à deux pas des Champs-Élysées. Le sien, dans le tout aussi chic quartier du Trocadéro, est devenu trop petit pour ce père de famille à l’ambition immodérée.

Commentaires