Politique

Etats-Unis: le directeur par intérim du FBI contredit la Maison Blanche

Etats-Unis: le directeur par intérim du FBI contredit la Maison Blanche

Après le limogeage du patron du FBI par Donald Trump, la Commission de renseignement du Sénat a auditionné le nouveau chef par intérim de la police fédérale américaine, ce jeudi 11 mai. Andrew McCabe assure que l'agence fédérale ne compte pas arrêter ses investigations sur l'ingérence présumée de Moscou dans la campagne pour la présidentielle américaine 2016.

L'audition d'Andrew McCabe n'a certainement pas plu à Donald Trump, car sur quasiment tous les points sensibles, en tout cas ceux sur lesquels il a accepté de s'exprimer, le directeur par intérim du FBI a contredit la Maison Blanche.

James Comey avait perdu la confiance de ses agents ? Faux, il était largement soutenu et le reste aujourd'hui. McCabe insiste sur le « plus grand respect » qu'il a pour son ancien chef,rapporte notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

Les investigations sur les collusions entre la Russie et l'entourage de Trump est mineure ? Faux, il y a des éléments significatifs, et s'il ne peut pas révéler combien d'enquêteurs sont mobilisés, l'affaire est prise très au sérieux, et le FBI ne compte surtout pas l'enterrer.

« Le travail des hommes et des femmes du FBI continue, quels que soient les changements de circonstances, quelles que soient les décisions, assure le directeur par intérim de la police fédérale. Il n'y a eu aucune tentative d'entraver notre enquête à ce jour. Pour être clair : on ne peut pas arrêter les hommes et les femmes du FBI de faire ce qu'il faut : protéger les Américains et défendre la Constitution. »

 

Andrew McCabe affirme que le FBI n'a pas été victime de pression, mais déclare plus tard qu'il préviendra le Sénat si on tente de l'influencer politiquement. De plus, restant évasif sur les discussions qu'il y aurait pu y avoir entre Trump et Comey, il assure que, conformément à la règle, lui ne tiendra pas la Maison Blanche au courant des évolutions de l'enquête.

Une gestion désastreuse

En limogeant le directeur du FBI, le président américain espérait sans doute régler un problème, mais il en a au contraire créé un nouveau, et surtout il a finalement renforcé les soupçons contre son administration. « Ce qui s'est passé est assez catastrophique pour la Maison Blanche », estime ainsi Corentin Sellin, professeur d'histoire, écrivain et spécialiste des Etats-Unis. 

Et la dernière sortie de Donald Trump sur la chaîne télévisée NBC ne fait rien pour arranger les choses. En affirmant que c'était lui qui avait pris la décision de limoger James Comey, le président américain a lui-même contredit la version de ses services selon laquelle il n'avait agi qu'après une recommandation du ministère de la Justice. « Ce n'est que le dernier exemple d'une longue série dans le désordre de la gestion du limogeage et cela nuit complètement à la crédibilité de la Maison Blanche », critique Corentin Sellin.

L'affaire pourrait bien désormais prendre davantage d'ampleur. « Il est incontestable que si jamais on venait à découvrir que ce limogeage de Comey a à voir avec l'enquête sur la Russie, cela pourrait être une cause évidente de procès en impeachment pour Trump », analyse Corentin Sellin. Encore faudrait-il que le Congrès majoritairement républicain s'empare d'un tel motif.

Commentaires