Politique

En fin de mission en Côte d’Ivoire, le directeur-pays de l’AFD décoré par le gouvernement

En fin de mission en Côte d’Ivoire, le directeur-pays de l’AFD décoré par le gouvernement

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly a procédé mercredi, à la Primature à Abidjan, à la décoration dans l’ordre national de la République de Côte d’Ivoire du directeur-pays de l’Agence française de développement (AFD) dans le pays, Bruno Leclerc, dont la mission s’est achevée le même jour.

Cette distinction honorifique est la plus élevée de l’Etat qui est destiné à récompenser le mérite personnel et les services rendus à la Nation.

«Après cinq ans de loyaux services et des résultats probants, il était important de féliciter M. Bruno Leclerc et lui marquer toute la reconnaissance du gouvernement ivoirien. Merci pour votre appui et engagement. Je puis vous assurez que vous laissez de bons souvenirs à la Côte d’Ivoire», indiqué le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné  qui a lu le discours du Premier ministre.

Bruno Leclerc a pour sa part remercié le Gouvernement ivoirien cette marque de considération.

«Je suis évidemment très honoré, très touché, très ému par vos paroles, monsieur le Premier ministre et très comblé par cette cérémonie organisée à mon attention. Je souhaiterais commencer par dire que je ne sais pas si cette médaille est méritée, que je n’ai rien fait de spécial sauf mon travail, que les résultats obtenus sont ceux de toute l’équipe de l’AFD et plus généralement l’Ambassade de France », a-t-il expliqué.

Selon lui, son séjour en Côte d’Ivoire aura été le plus long mais très riche, intense et passionnant.

Arrivée en août 2013 à la tête de l’AFD Côte d’Ivoire, le passage de Bruno Leclerc a été marqué par l’initiative du contrat de désendettement (C2D), mécanisme visant à réinjecter la dette dues par l’État ivoirien à la France, sous forme de don, dans des projets prioritaires.

L’Etat ivoirien a bénéficier de 2500 milliards de francs CFA de remise de dettes dues à la France, depuis l’avènement des C2D), soit  600 milliards de Fcfa d’annulation sèche, et 1900 milliards de Fcfa affectés au financement de projets de développement par le biais du mécanisme de refinancement mis en place.

Ce mécanisme porte sur sept axes prioritaires, à savoir l’eau, les infrastructures routières, l’agriculture et la bio-diversité, la Justice, la Santé, l’Education – Formation-Emploi, la Sécurité, et deux secteurs transversaux que sont les études et pilotage, ainsi que l’appui budgétaire.

La Côte d’Ivoire a signé son premier C2D d’un montant de 413,25 milliards de FCFA, en décembre 2012 pour la période allant jusqu’en 2015, quand le 2ème d’une enveloppe de 738 milliards de FCFA, couvre la période de 2014-2020.

Partenaire du pays depuis 1954, l’AFD accompagne les transitions de la Côte d’Ivoire et les programmes mis en œuvre par l’Etat ivoirien pour une croissance pérenne et inclusive.

Depuis 2012, son soutien s’inscrit principalement dans le cadre de deux C2D pour un montant total d’1,7 milliard d’euros, soit 1.151 milliards Fcfa. D’autres outils sont déployés à savoir les subventions, prêts aux secteurs public et privé, garanties aux banques, assistance technique et dialogue stratégique.

Commentaires