Politique

Emmanuel Ramazani Shadary: le choix de Kabila pour la RDC

Emmanuel Ramazani Shadary: le choix de Kabila pour la RDC

Le choix du Président Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a une redoutable réputation en République démocratique du Congo.

La question est de savoir si M. Shadary peut convertir cela en une victoire lors de l'élection présidentielle de ce dimanche.

L'ancien vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur aurait mérité le surnom de "Coup sur Coup" pour son rôle dans la répression d'une série de manifestations de l'opposition en 2017.

La répression meurtrière lui vaut d'être sanctionné par l'Union européenne.

Mais ses partisans affirment que ce nom fait référence à ses années d'études à l'Université de Lubumbashi, en République démocratique du Congo, où il a obtenu son diplôme avec cinq distinctions en 1987.

La loyauté de M. Shadary envers le président a été récompensée par la création d'un poste spécial de secrétaire permanent au sein du principal parti politique de la République démocratique du Congo.Mais nombreux sont ceux qui considèrent ce choix du régime comme inattendu.

Certaines sources indiquent que même des membres du cercle restreint de M. Kabila ont été surpris lorsque M. Shadary a annoncé sa candidature à la direction.

"Loyal intransigeant"

Certains analystes avertissent que, s'il est élu, M. Shadary pourrait simplement garder le siège présidentiel au chaud tandis que M. Kabila, qui devrait démissionner après 17 ans, prévoit un retour en force.

Le président n'a pas écarté la possibilité de se présenter à nouveau en 2023, ajoutant qu'"il y a encore un long chemin à parcourir" et qu'il restera en politique après le scrutin.

Né en 1960 à Kasongo, dans l'est de la RDC, M. Shadary a étudié au département de sciences politiques de l'Université de Lubumbashi avant d'entrer dans la vie publique dans les années 1990.

Il a été élu gouverneur adjoint de sa province natale du Maniema en 1997 et, un an plus tard, est devenu gouverneur de la région, d'où la mère de M. Kabila est également originaire.

Lire aussi: L'homme qui essaie de surpasser son père pour diriger la RDC

L'opposition a mené une longue campagne pour forcer Joseph Kabila à démissionner.

"Je ne pense pas qu'il ait jamais rêvé de devenir président de la RDC", a déclaré le professeur Alphonse Maindo de l'Université de Kisangani à la BBC.

"Ce n'est pas quelqu'un qui est perçu comme ayant du charisme, ou capable de rallier les gens autour de lui."

Les pairs de M. Shadary lui ont donné un autre surnom, "l'homme des situations difficiles", lorsqu'en 2018, il a mené avec succès les négociations pour que les réformes électorales soient adoptées au parlement malgré une opposition acharnée.


"L'homme des situations difficiles"

Emmanuel Ramazani Shadary, Congolese Presidential candidate for the ruling Common Front of Congo (FCC) coalition announces his political manifesto in Kinshasa, Democratic Republic of Congo November 19, 2018.
  • Né le 29 novembre 1960 à Kasongo, dans l'est de la RD du Congo
  • Un allié de longue date du Président Kabila
  • Devenu ministre de l'Intérieur en 2016
  • Cible de sanctions de l'UE pour violations présumées des droits de l'homme lors de la répression de manifestations
  • Sa réputation impitoyable lui a valu le surnom de "Make It Happen".
  • Il poursuit un doctorat à l'Université de Kinshasa depuis 2015.
  • Un politicien cool et efficace qui a aussi un sens de l'humour discret.

M. Shadary est devenu l'un des trois vice-premiers ministres et l'un des trois ministres de l'intérieur en décembre 2016.

Le mandat du Président Kabila aurait dû prendre fin le même mois, mais aucune élection n'a eu lieu alors qu'il s'agissait d'une obligation constitutionnelle, et les élections ont été reportées à plusieurs reprises.

Dans l'ombre de Kabila

En février 2018, M. Shadary a été nommé secrétaire permanent du Parti populaire pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), ce qui l'a élevé au rang de numéro deux et un des plus puissants du parti qu'il a co-fondé en 2002.

Le PPRD est le principal groupe de l'Alliance pour la majorité présidentielle au pouvoir.

Ce rôle a été créé dans le cadre des réformes internes du parti en vue des prochaines élections, et est largement considéré comme une récompense du président pour sa loyauté.

Les troupes sont susceptibles d'être loyales à Emmanuel Ramazani Shadary

En tant que candidat à la présidence, M. Shadary représentera la coalition au pouvoir, le Front commun pour le Congo.

"M. Shadary était pratiquement inconnu avant d'être nommé successeur de Joseph Kabila", a déclaré le professeur Filip Reyntjens de l'Université belge d'Anvers à la BBC.

"Si vous aviez demandé aux gens une liste de 10 candidats possibles, il n'aurait même pas été mentionné."

Selon lui, il est possible qu'une " personnalité plus faible " à la tête de la RDC permette au président sortant d'exercer son pouvoir en marge.

"Ce serait logique du point de vue de M. Kabila".

 

Le professeur Maindo est d'accord et déclare que M. Kabila considère les réformes inattendues du président angolais Joao Lourenco comme une mise en garde.

Avant son élection l'année dernière, M. Lourenco avait été considéré par beaucoup comme la marionnette du président de longue date Jose Eduardo dos Santos.

Mais depuis, il s'est retourné contre l'ancien président et sa famille.

Ce qui est différent, dit le professeur Maindo, c'est que M. Shadary est "sans fonds propres importants" et donc "dépendant des finances de M. Kabila".

Outre sa loyauté envers le président, les analystes attribuent également la montée en puissance de M. Shadary à son approche intransigeante.

En tant que ministre de l'Intérieur, il a supervisé une répression brutale des manifestations contre Kabila dans tout le pays en 2017.

Pendant ce temps, des dizaines de civils ont été tués par les forces gouvernementales.

Parodie d'élection

Les groupes de défense des droits de l'homme ont également accusé M. Shadary d'avoir été le fer de lance d'une répression militaire brutale dans la région du Kasaï, où le ressentiment de longue date a dégénéré en rébellion en 2016.

La campagne officielle d'Emmanuel Ramazani Shadary a été lancée un mois avant le jour des élections.

L'UE a renouvelé les interdictions de voyage et les sanctions financières existantes à l'encontre de M. Shadary et de 13 autres hauts fonctionnaires pour avoir retardé les élections et avoir violemment réprimé les manifestations anti-gouvernementales en 2017.

L'ONG Human Rights Watch affirme que le scrutin de dimanche risque d'être une "parodie d'élection" dans laquelle les candidats de l'opposition populaire ont été "arbitrairement exclus" et les ressources contrôlées afin de donner à M. Shadary "un avantage injuste".

L'exclusion de deux poids lourds de l'opposition, Jean-Pierre Bemba et Moise Katumbi, a peut-être renforcé ses chances.

M. Shadary a également été aidé par le fait que le vote de l'opposition peut être partagé entre deux candidats éminents, Felix Tshisekedi et Martin Fayulu.

Le test, s'il est élu dimanche, sera de savoir s'il peut sortir de l'ombre de M. Kabila.

Commentaires