Politique

Elections locales/Code de bonne conduite: L'observatoire invite tous les acteurs "à faire preuve de mesure..." (Déclaration)

Elections locales/Code de bonne conduite: L'observatoire invite tous les acteurs

L’Observatoire du Code de Bonne Conduite des partis et groupements politiques, des candidates et candidats aux élections en Côte d’Ivoire est l’organe chargé de veiller au respect du Code de Bonne Conduite signé par les différentes formations politiques de Côte d’Ivoire. Il est composé de cinq regroupements d’associations et d’organisations de la société civile ivoirienne : la COSOPCI – le RAIDH – le FOSCAOCI et la COFEMCI REPC.

L’Observatoire a démarré ses activités de monitoring du Code de Bonne Conduite, depuis le vendredi 28 septembre 2018. Ce faisant, l’Observatoire a déployé 80 observatrices et observateurs, répartis dans les chefs-lieux de régions et communes de la Côte d’Ivoire ; à savoir : Abengourou, Bangolo, Bondoukou, Bongouanou, Bouaké, Bouna, Daloa, Divo, Duekoué, Gagnoa, Man, Kasséré, Korhogo, Koumassi, Odiénné, Séguéla, San-Pédro, Toulepleu Yamoussoukro et Yopougon.

Conclusions de la mission de monitoring

La mission de monitoring menée par l’Observatoire a consisté à suivre les différentes activités des candidates et candidats aux élections régionales et municipales, dans les régions et localités précitées, et à documenter tous les actes et propos constitutifs de violation du Code de Bonne Conduite des partis et groupements politiques, des candidates et candidats.

Ainsi, l’ensemble des données collectées dans les chefs-lieux et communes susmentionnés, pendant la période du vendredi 28 septembre 2018 au dimanche 07 octobre 2018, ont été centralisées et traitées par le Bureau national de l’Observatoire, afin de produire la présente déclaration.

Il en ressort que le Code de bonne Conduite a fait l’objet de nombreuses violations de la part des candidates, candidats et de leurs militants ; et ce, autant dans le cadre des élections régionales que des municipales. Ces violations du Code de Bonne Conduite se sont traduites dans la majorité des localités concernées, par des actes de violence physique, de violence verbale et surtout de destruction de matériel de campagne. Plus précisément, il a été observé les faits suivants:

Au titre de l’article 2, relatif aux manœuvres visant à empêcher des électeurs de prendre part aux scrutins électoraux: aucun cas de violation ne nous a été rapporté. Les populations ont pu retirer leurs cartes d’électeurs dans les bureaux locaux de la Commission Electorale Indépendante. Toutefois, il est nécessaire de rappeler que toute personne qui remplit les conditions fixées par l’article 9 nouveau du Code électoral, peut s’inscrire sur la liste électorale et prendre part au vote.

Par ailleurs, il nous a été rapporté que des individus se réclamant de candidats aux prochaines élections régionales et municipales, passent dans les domiciles des populations, au porte à porte. Ces individus relèvent les numéros des cartes d’électeur de personnes inscrites sur les listes électorales, contre remise d’une somme d’argent comprise entre 5.000 F CFA et 10.000 F CFA. Pour les personnes majeurs non-inscrites, ils photographie la Carte Nationale d’Identité (CNI), contre remise des mêmes sommes d’argent, et en promettant de les faire inscrire sur les listes électorales et de leur faire confectionner des cartes d’électeur spéciales ; à défaut de quoi, ils pourraient prendre part au vote en présentant leur CNI.

Au titre de l’article 3, relatif à la liberté de circulation des candidats et candidates et à la possibilité de battre campagne partout, sur toute l’étendue de la circonscription électorale : Nos observateurs nous ont rapporté deux cas de violation, à Divo et à Man. A Divo, le candidat COULIBALY Famoussa a été interdit d’accès au quartier Libanais pour y faire campagne. A Man, le candidat indépendant, Fofana Abou occupe la place de la paix pour sa campagne, sans donner la possibilité aux autres candidats d’y mener leurs activités, au mépris du principe d’occupation successive de la place de la paix par les différents candidats et candidates. Ce, malgré la tenue d’une séance d’informations de la CEI régionale, le mardi 2 octobre 2018, avec les candidats et candidates ou leurs représentants aux élections municipales et régionales.

Au titre de l’article 4, relatif aux actes de violence morale et d’intimidation, nous retenons les propos tenus par Madame la Ministre Kandia CAMARA, dans une vidéo publiée sur internet, la montrant s’exprimant lors d’un meeting organisé à Tiébissou par le candidat du RHDP à l’élection municipale, comme constitutifs d’actes d’intimidation vis-à-vis des populations de Tiébissou. En subordonnant, dans ses propos, le développement de cette commune au fait que le Maire élu entre ou non dans les bonnes grâces du Premier Ministre ou du Président de la République, la Ministre Kandia CAMARA tente de vicier le jugement des populations et de les corrompre par des manœuvres dolosives.

Au titre de l’article 5, relatif aux actes de violence sous toutes les formes et aux propos de nature à porter atteinte à la sécurité, à la dignité, à la vie privée et à l’intégrité physique et morale d’une candidate ou d’un candidat ou de ses militants : des agissements et propos contraires au Code de Bonne Conduite nous ont été rapportés. Ainsi, à Bondoukou, le Ministre KOBENAN Kouassi Adjoumani, candidat représentant le RHDP à l’élection régionale du Gontougo, a tenu des propos injurieux à l’endroit du candidat du PDCI RDA, le traitant de ‘’fils de pauvre’’, lors de son meeting à la place publique de Bondoukou.

Le lendemain, Monsieur VREMEN Yvon Serge, candidat représentant le PDCI RDA à l’élection régionale a répondu aux injures qui lui ont été faites par son adversaire et de manière aussi virulente que ce dernier, le qualifiant de « fils indigne Abron ». De plus, il a exhorté les chefs coutumiers présents à le faire saisir, à le tenir ligoter sous le soleil, comme cela se fait dans la coutume pour les enfants indisciplinés. Au cours du même meeting, le Député de Gouméré Tabagne, N’Guettia Yao Kouman, soutien du candidat Vrémen, a appelé les « filles dynamiques », partisantes du PDCI RDA à balayer la place qui aurait, selon ses dires, été souillée la veille par la présence du Ministre Adjoumani.

Des actes de violence ont également été enregistrés dans la région du LôhDjiboua. Ainsi, un militant du candidat à l’élection municipale, COULIBALY Famoussa aurait été agressé par les partisans du candidat KOUAKOU Amédé. Par ailleurs, il nous a été rapporté que des partisans du candidat KOUYATE Abdoulaye, représentant le RHDP à l’élection municipale à Lakota, auraient bastonné un enfant de sept ans, lui causant des blessures physiques, au motif qu’il chantait un slogan de campagne du candidat SAMY Merry.

Il nous a aussi été rapporté qu’à Dah, une bagarre a éclaté entre les militants des deux candidats à l’élection municipale, Monsieur DOUE Ouegnin et Monsieur GAHA Roger. On dénombre au moins un blessé, suite à cette bagarre.

Des scènes de violence semblables ont été observées à Doropo, dans la région du Bounkani, où les partisans de deux adversaires à l’élection municipale se sont affrontés, causant des blessés et des dégâts matériels. Le cycle de violence s’est également étendu à Guiglo et à Bédiala où l’on a eu à déplorer une perte en vie humaine.

A Abidjan, dans la commune de Koumassi, il nous a également été rapporté que des individus auraient tenté d’attaquer le quartier général de Monsieur YAPI Raymond N’Dohi, candidat du PDCI RDA à l’élection municipale à Koumassi. Dans la même commune, une réunion convoquée par le Maire a été perturbée par des individus non-identifiés.

Au titre de l’article 6, relatif à la destruction du matériel de campagne : il nous a été rapporté que les affiches des différents candidats et candidates, sans distinction, ont été déchirées dans la quasi-totalité des localités. De même, à Man, les affiches du Maire sortant, Monsieur TIA André, représentant le RHDP à l’élection municipale, ont été particulièrement visées.

Par ailleurs, l’Observatoire du Code de Bonne Conduite a été saisi par Monsieur M’BOLO Nando Martin, candidat indépendant à l’élection du conseil régional de l’Agnéby-Tiassa (Agboville), aux fins de dénoncer la destruction de ses affiches par les partisans du candidat DIMBA N’Gou Pierre, représentant le RHDP à cette élection. Dans sa correspondance adressée à l’Observatoire, Monsieur M’BOLO présente des images montrant l’un de ses posters détruit au rond-point de la ville, et remplacé par le poster de son adversaire Monsieur DIMBA N’Gou Pierre.

Au titre de l’article 8, relatif à l’utilisation des moyens d’Etat à des fins de campagne électorale, des véhicules banalisés de l’administration publique ont été aperçus dans les cortèges de campagne de certains candidats du RHDP.

Recommandations de l’Observatoire

Ces comportements que nous jugeons irresponsables constituent un véritable recul pour la démocratie ivoirienne, dans la mesure où les différentes candidates et candidats ont consacré plus de temps et d’énergie à s’agresser verbalement et à se dénigrer qu’à présenter aux populations des projets de développement. Ce faisant, l’intérêt et le bien-être des populations ont été relégués au second plan. 

De plus, la violence qui a caractérisé cette première semaine de campagne a semé la crainte dans les esprits des populations, encore marquées par le souvenir de la crise postélectorale de 2011.

Au vu de ce qui précède :

L’Observatoire déplore tous ces incidents violents qui ont émaillé la première semaine des campagnes électorales et se dit préoccupé quant au déroulement de la campagne dans les jours à venir. Ces violences sont de natures à saborder les efforts entrepris par le gouvernement, la communauté nationale et internationale, pour créer les conditions favorables à la tenue d’élections démocratiques et apaisées dans notre pays.

L’Observatoire rappelle aux candidates et aux candidats aux élections régionales et municipales que les populations ivoiriennes souhaitent confier l’avenir et le développement de leurs localités à des hommes et des femmes responsables et respectueux des principes démocratiques incarnés par le Code de Bonne Conduite.

L’Observatoire félicite les candidates et candidats à l’élection municipale à Divo par exemple, qui ont tous lancé à leurs militants, des appels à la nonviolence et au respect du Code de Bonne Conduite. Mais déplore que ces appels n’aient pas été entendus par ces militants qui se sont livrés à des actes de violence.

L’Observatoire appelle l’ensemble des candidats et candidates à faire preuve de calme et de retenue dans les actions et dans les propos et à inviter leurs militants à en faire de même. 

L’Observatoire invite les hautes personnalités de l’Etat à faire preuve de mesure dans leurs prises de parole en public.

La Côte d’Ivoire est un pays de paix. Aussi, l’Observatoire appelle-t-il les candidates et candidats aux élections régionales et municipales à ne pas entacher cette image.

L’Observatoire demande aux partis politiques, à la Commission Electorale Indépendante et aux autorités administratives de créer les conditions favorables au déroulement pacifique et apaisé de ces joutes électorales.

L’Observatoire invite les forces de police à redoubler de vigilance, afin de déjouer toutes tentatives de trouble orchestrées par des individus mal intentionnés. Notamment, ceux qui parcourent les domiciles des populations pour relever les numéros des cartes d’électeur et des Cartes Nationales d’Identité (CNI).

L’Observatoire invite les populations des différentes localités de Côte d’Ivoire à faire preuve de vigilance et à ne pas céder à la manipulation et aux appels à la violence, lancés par certains acteurs politiques.

En définitive, l’Observatoire encourage tous les Ivoiriens et les non-Ivoiriens vivant en Côte d’Ivoire, à promouvoir la paix et la cohésion et à adopter les gestes qui iront dans le sens du bon déroulement des prochaines élections régionales et municipales. La paix est notre trésor. Il nous appartient, à tous, de la préserver et de la renforcer. Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

 

 Fait à Abidjan, le 09 octobre 2018 

Monsieur Pierre KouaméADJOUMANI

Coordonnateur Général de l’Observatoire du Code de Bonne Conduite des partis, groupements politiques, candidates et candidats aux élections en Côte d’Ivoire

Commentaires