Politique

Fpi/Affi à propos du camp Sangaré : Leur ego passe avant de tout, le pays y compris

Fpi/Affi à propos du camp Sangaré : Leur ego passe avant de tout, le pays y compris

Le président de l’aile modérée du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan, a accordé un entretien à l’hebdomadaire ‘’Jeune Afrique‘’, le dimanche 11 février dernier, au cours duquel il a abordé les questions socio-politiques du pays mais aussi la crise qui secoue sa formation politique depuis plus de deux ans. Pour Affi N’Guessan, si cette crise perdure, c’est bien à cause de ses anciens camarades qui restent‘’ attachés à leurs ego’’.

 

«Ce sont eux qui sont dans une logique d’exclusion et de rejet, et qui sont davantage attachés à leurs ego qu’à la Côte d’Ivoire », a expliqué Affi N’Guessan,  à la question de savoir pourquoi il cherche des alliances avec d’autres formations politiques plutôt que de s'atteler à trouver des solutions pour unifier celle qu’il prétend diriger.

Pour Pascal Affi N’Guessan, les initiatives dans ce sens, la réconciliation au sein du Fpi, n’ont pas manqué. Sauf, qu’elles se sont toujours heurtées au ‘’refus’’ d’Abou Drahamane Sangaré.

« Souvenez- vous que Christine Nebout Adjobi a été commise pour diriger un groupe de contact. En deux ans, elle n’a jamais réussi à le rencontrer. Des chefs traditionnels du pays bété ont entrepris une médiation. Je les ai vus une dizaine de fois, mais Sangaré a  mis un an avant de les recevoir, et cela n’a rien donné », a déploré l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo.

Pour le député de Bongouanou, cette attitude de l’ex-ministre des Affaires étrangères qui, dit-il, est contraire au combat qu’il mène, la libération des ‘’prisonniers politiques’’, voile impérativement quelque chose.

 « Il (Sangaré, ndlr) sait ce qu’il fait. Compte tenu de son expérience politique, il est forcément conscient du fait que la posture dans laquelle il s’enferme ne permettra pas au Fpi de revenir au pouvoir, d’être suffisamment fort pour faire libérer les prisonniers politiques et influer sur le sort de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. D’une certaine manière, il travaille pour le régime », a tranché Affi N’Guessan.

 

 

Commentaires