Politique

Déclaration du RASALAO-CI sur les récents évènements de Bouaké: « Le gouvernement devrait accélérer les réformes dans le secteur de la sécurité»

Déclaration du RASALAO-CI sur les récents évènements de Bouaké: « Le gouvernement devrait accélérer les réformes dans le secteur de la sécurité»

Le Réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’ouest, section Côte d’Ivoire (RASALAO-CI) a appris en même temps que la communauté nationale, les évènements relatifs aux tirs effectués par des éléments des forces de défense et de sécurité dans la localité de Bouaké, le mardi 09 Janvier 2018. Selon les informations recueillies, il s’agirait d’une confrontation entre des éléments des forces armées et leurs frères d’armes de la base locale du Centre de Coordination des décisions Opérationnelles (CCDO). Pour rappel, le 04 janvier 2018, une autre confrontation entre ces mêmes entités a occasionné un mort et un blessé grave.

Alors même que le Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI), le Général TOURE Sékou avait donné, lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an au Chef de l’Etat, toutes les assurances que l’armée avait tiré les leçons des mutineries et autres soulèvements des forces de défense et de sécurité en 2017 et promis le changement en 2018, ces nouveaux incidents suscitent des interrogations.

Notre analyse

Le RASALAO-CI note avec regret qu’une fois encore, les armes se sont fait entendre et une partie des forces de défense et de sécurité vient de s’illustrer de manière négative.

Le RASALAO-CI note avec regret que cet état de fait ramène à la mémoire collective, les conséquences des violences armées avec leurs corolaires, de troubles des activités économiques, de psychose, de la peur au sein des populations.

Le RASALAO-CI condamne cette attitude des forces de défense et de sécurité qui est aux antipodes de la déontologie militaire et du professionnalisme.

Selon le RASALAO-CI, ce regain de violence armée pose, entre autres, trois problèmes majeurs :

1. La question du contrôle effectif et de la gestion des stocks d’armes et de munitions des forces. Avec l’appui des partenaires internationaux, le Gouvernement ivoirien a engagé depuis 2012, un processus de modernisation de la gestion des stocks d’armes et de munitions à travers le marquage des armes selon une classification précise, leur enregistrement manuel et électronique dans une base de données avec à la clé, des armureries réhabilitées et/ou construites selon les normes et standards internationaux. Cette avancée pertinente se trouve mise à mal.

2. La question de la vulgarisation et de la mise en œuvre effective des Lois N°2016-09 portant Programmation des Forces de Sécurité Intérieure et N°2016-10, portant Programmation Militaire pour les années 2016-2020. Ces lois disposent d’importantes mesures visant à améliorer et professionnaliser le fonctionnement de nos forces. Le RASALAO-CI relève une insuffisance de vulgarisation et de diffusion au sein des forces de défense et de sécurité de Côte d’ivoire.

3. La question de la professionnalisation et de l’insuffisance de la cohésion au sein des forces de défense et de sécurité ivoiriennes.
En définitive et à la lecture des faits, le RASALAO-CI observe que la gestion des stocks d’armes, le contrôle de leur utilisation, la professionnalisation de l’armée, l’application des

règles de la déontologie militaire, le respect de la hiérarchie ainsi que les relations de cohésion inter et intra-corps demeurent de réelles préoccupations.

Nos recommandations

Le RASALAO-CI salue les efforts déjà entrepris par le Gouvernement pour la modernisation de l’armée de Côte d’Ivoire et l’exhorte à:

§ Identifier les auteurs de ces troubles afin de les soumettre à la rigueur des sanctions disciplinaires en vigueur ;

§ Vulgariser et mettre en œuvre effectivement la loi de programmation militaire et celle de la sécurité intérieure, initiées dans le cadre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) ;

§ Renforcer les mesures et conditions de sécurisation et de gestion des stocks d’armes et de munitions.

Le RASALAO-CI exhorte les Forces armées de Côte d’Ivoire à :

§ Cesser le recours aux armes et à la violence comme moyen de revendication et d’expression ;

§ Respecter les conditions et standard de gestion des armureries et sites de stockages des armes et des munitions.

§ Se soumettre à la déontologie et à la discipline des corps qu’ils représentent.



Le RASALAO-CI se tient à la disposition du gouvernement pour accompagner le processus de la Réforme dans le Secteur de la Sécurité.

« SAUVONS DES VIES, CONTROLONS LES ARMES »

Fait à Abidjan le 10 Janvier 2018

Pour le RASALAO-CI

Le Président

KOFFI Sylvère Tchédoh

Commentaires