Politique

Création du parti unifié RHDP : Ce qui s’est passé à Daoukro

Création du parti unifié RHDP : Ce qui s’est passé à Daoukro

« L’amitié se nourrit de vérité, si celle-ci n’est pas enveloppée de l’hypocrisie, ce vieux tissu déchiré qui masque sa divine beauté ». Cet adage cher au père fondateur Félix Houphouët-Boigny semble être le crédo des responsables de la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire.

 Ceux-ci œuvrent à renforcer la cohésion en leur sein malgré les frictions, comme ce fut le cas le 17 septembre 2017 à Daoukro où le schéma de création du parti unifié a été conçu.

Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est sorti grandi de la commémoration, le 17 septembre 2017, du 3è anniversaire de l’appel de Daoukro. De l’avis des observateurs et de maints leaders de la classe politique Ivoirienne, le président de ladite coalition a tenu un langage qui contribuera au resserrement des liens qui unissent les héritiers politiques de Félix Houphouët-Boigny. Toute chose qui fait dire que Daoukro a été une étape décisive dans la création du parti unifié RHDP. « Je tiens à rappeler que dans un couple ou dans une alliance, il y a toujours des hauts et des bas. Une anecdote bien de chez nous apprend que la langue et les dents se trouvent dans une même cavité, la bouche. Il arrive aux dents, de temps à autre, de mordre la langue qui ne sort pas pour autant de cette cavité. C’est la nature des choses ». C’est d’abord en ces termes que le ‘’sphinx’’ a minimisé les frictions enregistrées au sein de sa coalition que les détracteurs du RHDP assimilaient à une brouille entre lui et Alassane Ouattara.

 

Un langage dénué de toute hypocrisie

Le ‘’Sphinx’’ répondait ainsi à Alassane Ouattara qui, le 11 septembre 2017, avait reconnu que les mésententes antérieures entre Bédié et lui ont eu des répercussions catastrophiques sur la Côte d’Ivoire. « C’est pourquoi, nous devons tous désarmer nos plumes et nos langues, taire nos querelles de clocher, nos verbiages creux et nos dérives langagières, pour aller vers un seul objectif, celui de renforcer notre alliance, le RHDP pour assurer la paix que nous a léguée le père de la nation, le Président Félix Houphouët–Boigny » a poursuivi Bédié qui tenait ainsi le langage de vérité qui permet de recadrer les militants et les cadres de sa coalition. Mais avant, le président du présidium du RHDP avait déploré l’attitude de ceux qui, au mépris des instructions données par Ouattara et par lui-même, faisaient de l’alternance en 2020 leur principale préoccupation. Le moins que l’on puisse donc dire est que les vérités de Bédié sont dénuées d’hypocrisie ; « ce vieux tissu déchiré qui masque sa divine beauté » comme aimait à le dire le père fondateur. On peut surtout déduire que la philosophie de paix et de dialogue de Félix Houphouët-Boigny semble le crédo des responsables au sommet du RHDP.

 

Une coalition qui se bonifie à travers les épreuves

Le RHDP n’a que 12 ans, un âge auquel les adolescents sont caractérisés très souvent par des gaffes. Il est donc normal que la coalition des houphouétistes enregistre quelques frictions qui émanent du choc des individualités qui la composent. Composé surtout de millions de personnes, le RHDP ne peut aussi être à l’abri des querelles de personnes liées aux susceptibilités et aux égos surdimensionnés. A l’instar de tout corps qui vit, cette coalition est aussi exposée aux vibrations que ses responsables au sommet doivent gérer avec tolérance, sagesse, grandeur d’esprit, endurance et patience. Il s’agit pour eux de réussir le vivre-ensemble au sein de leur coalition, nonobstant les différences qu’ils transforment en une force profitable à tous. C’est cette attitude qu’ont adoptée Bédié et Ouattara afin de faire du RHDP une coalition qui se bonifie à travers les épreuves. La balle est donc dans le camp des militants et cadres du RHDP qui doivent faciliter la tâche à leurs aînés. Il s’agit pour eux de pouvoir vivre ensemble en préservant les bases, les piliers et les fondements de leur coalition. Afin de conserver le pouvoir d’Etat des décennies durant comme l’a souhaité Alassane Ouattara. Les héritiers politiques de Félix Houphouët-Boigny doivent toujours s’accorder sur un minimum consensuel acceptable par tous dans une logique incontournable du donné et du recevoir.

 

Comment tout a été planifié

L’an 3 de l’appel de Daoukro a été le déclic du souhait d’Alassane Ouattara qui veut que le parti unifié RHDP soit créé avant la fin de l’année 2017. Henriette Dagri Diabaté et Hamed Bakayoko ont été reçus par Bédié avant la célébration de l’an 3 de l’appel de Daoukro. Ces grandes séances de travail ont planifié le schéma de création du parti unifié qui est censé conserver le pouvoir d’Etat durant des décennies. Les observateurs de la vie politique Ivoirienne sont unanimes sur le fait que l’an 3 de l’appel de Daoukro a été l’expression du vivre-ensemble qui sous-tend l’existence du RHDP. Des milliers de militants ont répondu à l’appel des organisateurs en prenant d’assaut la place HKB. Ils ont communié des heures durant avec les responsables de leur coalition, faisant ainsi de cette manifestation une grande fête familiale. Les cadres des partis membres du RHDP étaient presque tous présents, ainsi que de nombreux invités dont certains sont venus de l’extérieur du pays. La ville de Daoukro a chaleureusement accueilli ce beau monde, prouvant ainsi qu’elle adhère à la démarche de son digne fils Bédié. Les intervenants ont tous relevé les qualités du ‘’Sphinx’’, un aîné qui s’affiche de plus en plus comme le point convergent qu’il faut aux nombreux héritiers politiques du père fondateur Félix Houphouët-Boigny. A la vérité et selon de nombreux analystes, le RHDP est bien parti pour devenir le parti unifié capable de conserver le pouvoir d’Etat durant des décennies, comme l’a souhaité le président d’honneur du RDR Alassane Ouattara.

Commentaires