Politique

CPI/ Le Général Kassaraté révèle: « J’ai été menacé par des éléments de la Garde républicaine »

CPI/ Le Général Kassaraté révèle: « J’ai été menacé par des éléments de la Garde républicaine »

Hier, lundi 13 janvier, le Général Kassaraté s’est présenté, à nouveau, à la barre des témoins dans le procès de Gbagbo et Blé Goudé à la Cour pénale internationale. Le 35è témoin de ce procès a révélé avoir été menacé par des hommes de la garde républicaine, lors de la crise post-électorale. Les faits se sont déroulés au mois d’avril 2010, pendant qu’il était encore au poste de Commandant Supérieur de la gendarmerie ivoirienne.

A la barre des témoins, ce lundi 13 mars, le Général Kassaraté a avoué avoir été menacé par les hommes en tenue, lors de la crise postélectorale de 2010.  Il a confié que lui et sa garde rapprochée ont subi des échauffourées à l’entrée de la résidence de l’ex-Chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo.

« J’ai vu que beaucoup de généraux n’étaient plus à leur poste. J’ai pris sur moi la décision de rencontrer le chef de l’Etat au plan purement personnel, pour lui faire des suggestions de remettre le pouvoir au président Alassane Ouattara », a révélé Kassaraté.

« Il y a eu des échauffourées entre moi-même, ma garde et les éléments qui était à la porte de la résidence du chef de l’Etat (Laurent Gbagbo). Quelques minutes plus tard, le Colonel Ahouman est venu me chercher pour me dire que le président avait besoin de moi. J’ai été le voir. Il m’a dit qu’il a appris ce qui s’est passé mais de laisser tomber. Aussitôt j’ai pris ma route et je suis venu à Agban. Il n’y a plus eu de rencontres », a déclaré l’ex-Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale.  

Ensuite, répondant à la question de maitre Alexis Damirdjian, avocat de l’accusation, de savoir quel était le problème à son arrivée à la résidence de Laurent Gbagbo, Kassaraté a été claire. Il a affirmé qu’il avait été encerclé et menacé par des éléments de la garde républicaine. Seulement, selon lui, l’ex-Chef d’Etat, Laurent Gbagbo n’était pas au courant de ce qui s’était passé.

Commentaires