Politique

CPI : Attaque de son domicile, Mangou soupçonne Simone Gbagbo

CPI : Attaque de son domicile, Mangou soupçonne Simone Gbagbo

L’audition du Général Philippe Mangou se poursuit à la CPI et se terminera assurément ce jeudi. Au sujet de l’attaque de son domicile lors de la crise postélectorale, l’ex-CEMA soupçonne des personnalités de son propre camp. Tirant par ailleurs motif d’une mise en garde de Simone Gbagbo.  

 

 

Simone Gbagbo, commanditaire de l’attaque du domicile de Mangou ?

 

Témoin-clé du procureur, le général Philippe Mangou a fait plusieurs révélations lors de son interrogatoire à la CPI. Il y a entre autres, l’attaque de son domicile sis à Yoppougon-Andokoi. L’ancien chef d’état-major indique que cette attaque intervient après sa proposition faite à l’ex-président Laurent Gbagbo de démissionner. Aussi, cette information censée sue de seulement trois personnes, à savoir Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé et lui-même Mangou, a-t-elle été divulguée à de tierces personnes. Il en veut pour preuve, les menaces qui ont été proférées contre sa garde peu avant l’attaque de son domicile. 

Sans incriminer nommément des personnes, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Gabon déclare toutefois que cette attaque provient de son camp. Des personnes armées de kalachnikovs ont, en effet, ouvert le feu en direction de sa résidence, alors qu’il y était avec femme et enfants. Ces quidams ont par ailleurs abattu un élément de CECOS (unité de lutte contre le grand banditisme) venu le secourir. 

Le Général de Corps d’armée pointe donc un regard accusateur sur des proches de l’ex-président Laurent Gbagbo. Mieux, il se souvient d’une phrase de l’ex-première dame Simone Gbagbo qui confirmerait ses allégations : « Si tu roules mon mari dans la farine, je ne vais pas te le pardonner. » Ces propos suffisent, selon Mangou, à soupçonner Mme Gbagbo ou quelqu’un qui lui est proche d’attenter à sa vie.

Cependant, d’aucuns doutent de la véracité de cette accusation. D’autant plus que l’information sur le financement “accidentel” du commando invisible par Laurent Gbagbo a été éludée par Zakaria Koné. Elle vient également d’être démentie par Navigué Konaté, cité par l’ex-Com’zone.

 

                                               Afrique sur7

Commentaires