Politique

Congrès extraordinaire PDCI-RDA: Les dissenssions ont déjà commencé

Congrès extraordinaire PDCI-RDA: Les dissenssions ont déjà commencé

Une semaine après la publication de la liste du comité d'organisation du congrès extraordinaire du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) prévu les 22 et 28 février prochains, elle est déjà l'objet de contestations au sein de cette formation politique présidée par Aimé Henri Konan Bédié, parce que ses membres seraient monocolores.

Dans une déclaration à la presse, un membre du conseil des sages, proche du candidat Essy Amara, Prosper Kotchy estime que le commando choisi par le président Bédié comme il l'avait souhaité lors du récent bureau politique du PDCI est constitué "uniquement de personnes qui ont déjà renié le PDCI-RDA et se sont déjà attelés au Rassemblement des républicains, (RDR)."

"C'est le lieu d'interpeller vigoureusement la Communauté internationale (l'Onu, l’Union Européenne, l’Union africaine, la CEDEAO, la France, les Etats-Unis d'Amérique, ...) sur le jeu dangereux auquel se livre Monsieur Bédié au vu et au su de tous," indique, Prosper Kotchy par ailleurs membre du Bureau politique du PDCI.

Toujours selon ce proche d'Essy Amara, Bédié n'agit pas comme un homme vraiment libre et serait l'objet d'une prise d'otage de personnes ou de mains invisibles, qui craignent pour les élections de 2015.

Qui a intérêt à ce que le PDCI-RDA n'ait pas un candidat aux élections présidentielles de 2015? A qui cela profite-t-il?

Ce sont autant de questions que Kotchy se pose en ce moment face à l'attitude du président de son parti.

Considérant "qu'Aimé Henri Konan Bédié est lié par des mains invisibles et écoute des voix dans l'ombre", il invite les militants et les candidats à l'investiture du PDCI-RDA à veiller fermement à ce que "cette forfaiture ne passe pas."

Bien que proche du candidat Essy Amara, Prosper Kotchy dénonce le limogeage "honteux" de Tiburce Koffi, ex-directeur de l'Institut national des Arts et d'Actions culturelles (INSAAC). Parce que selon lui, ce dernier a exprimé librement son opinion sur l'appel de Daoukro, qui n'honore ni son auteur, ni son bénéficiaire.

Est-ce un crime, sous l'actuel gouvernement Ouattara -Bédié d'exprimer par écrit ou oralement ses opinions sur des questions d'intérêt national ou politique?

S' interroge à nouveau ce membre du Bureau politique du PDCI-RDA qui invitera par la suite les candidats à l'investiture du PDCI-RDA, les militants et militantes de ce parti à se mettre debout pour exiger le respect des résolutions du 12ème congrès et à rejeter le comité d'organisation du Congrès extraordinaire mis en place par le président Bédié.

Kotchy exige la mise en place d'un comité d'organisation consensuel et paritaire avec les représentants de chaque candidat et met en garde Bédié contre sa farouche détermination à faire fi de la volonté des militants du Pdci-Rda pour organiser un véritable hold-up pour faire plaisir au candidat du RDR, Alassane Ouattara.

Tout en condamnant fermement le limogeage abusif de Tiburce Koffi, ce proche d'Essy Amara prévient. 

"Si l'objectif de ce congrès extraordinaire est de valider l'appel de Daoukro et d'invalider les actes du congrès ordinaire de 2013, qui demandent au PDCI-RDA de présenter un candidat aux élections présidentielles de 2015, Monsieur Bédié sera pris à son propre piège. Car, il tient ses prérogatives de président du PDCI-RDA des actes de ce même congrès."

Commentaires