Politique

Burkina Faso: les autorités détaillent leur projet de haut conseil du dialogue

Burkina Faso: les autorités détaillent leur projet de haut conseil du dialogue

Au Burkina Faso, après certains syndicats qui dénonçaient la création d'un haut conseil du dialogue, le gouvernement donne des explications. Le ministre de la Fonction publique a rencontré les journalistes pour préciser les critères de désignation des membres, les missions et le mode de fonctionnement de cette nouvelle institution dont les membres seront payés, contrairement au bénévolat proposé par le secrétaire général de la Confédération générale du travail au Burkina.

Selon le ministre de la Fonction publique, le Haut conseil du Dialogue a une mission différente des cadres ou institution déjà existante au Burkina Faso. Cette nouvelle institution a pour mission principale la promotion à tous les niveaux afin de contribuer à prévenir ou régler les conflits sociaux.

« Le Haut conseil, à titre préventif, discute des questions de politique qui peuvent impacter le climat social. Il sert aussi, quelque part, de rôle de veille sur les questions sociales. Aucune institution ne prend en charge ces domaines », détaille Clément Sawadogo.

Certains syndicats comme la CGT-B s'insurgent contre la nomination des représentants du monde syndical sans passer par des élections professionnelles. Selon le ministre, les divergences de vues au sein des syndicats rend difficile l'organisation d'élections professionnelles : « Cette élection n’a pas été organisée au Burkina, aussi parce que les conditions du consensus qui doit prévaloir à l’élection ne sont pas réunies au niveau du monde syndical ».

Sans dire combien le fonctionnement de cette nouvelle institution va couter à l'Etat, le ministre Clément Sawadogo promet qu'elle ne sera pas « un gouffre à sous ».

Commentaires