Sport

Sunday Oliseh: «Ce Nigeria est plus fort que cette équipe d’Argentine»

Sunday Oliseh: «Ce Nigeria est plus fort que cette équipe d’Argentine»

Sunday Oliseh, ex-joueur (1993-2002) et sélectionneur (2005-2006) de l’équipe du Nigeria, a apprécié la performance des « Super Eagles » face à l’Islande (2-0) dans le groupe D de la Coupe du monde 2018. Le technicien estime que les Nigérians ont les moyens de battre l’Argentine le 26 juin et de se qualifier ainsi pour les huitièmes de finale du Mondial 2018.

 

RFI : Sunday Oliseh, qu’avez-vous pensé ce cette victoire 2-0 du Nigeria sur l’Islande, dans le groupe D de la Coupe du monde 2018 ?

Sunday Oliseh : C’est un soulagement et elle me fait énormément plaisir. Je trouve que les garçons ont très bien joué en deuxième mi-temps. On ne peut être que content avec cette victoire. […] Sur les schémas tactiques, je n’aime pas faire de commentaires, parce que je suis moi-même entraîneur. Mais il [le sélectionneur Gernot Rohr, Ndlr] sait bien pourquoi il a choisi ce système. Ça nous a apportés des résultats, en tout cas. Je trouve qu’on a joué davantage vers l’avant dans ce schéma-là.

Cette victoire peut-elle libérer l'esprit des jeunes joueurs nigérians, pour la plupart inexpérimentés ?

Je pense que oui. On a bien vu qu’après l’ouverture du score, les joueurs étaient plus libérés et allaient plus vers l’avant. Ils ont osé, essayé des choses. C’est positif.

Qu’avez-vous pensé de la prestation d’Ahmed Musa, auteur des deux buts nigérians, et qui en est à quatre réalisations en deux phases finales ?

Elle a été magnifique ! Je suis content pour ce garçon ! Il le mérite.

Un match nul peut éventuellement suffire face à l’Argentine le 26 juin pour que le Nigeria se qualifie en huitième de finale de la Coupe du monde. Comment les Super Eagles doivent-ils aborder cette dernière rencontre du groupe D ?

En football, lorsqu’on cherche à obtenir un match nul, on perd en général. Je crois qu’on est plus fort que cette équipe d’Argentine, par rapport à ce qu’elle a montrée jusqu’à maintenant. Donc, il faudra jouer le jeu.

Commentaires