Politique

Après le Congrès américain, Zuckerberg s'explique devant le Parlement européen

Après le Congrès américain, Zuckerberg s'explique devant le Parlement européen

Et Mark Zuckerberg est attendu de pied ferme par les eurodéputés. « On peut dire qu’il s’est plus que fait prier. Le mépris dans lequel il tient le Parlement européen est assez flagrant, critique Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts. Il a fait des pieds et des mains pour empêcher que l’audition soit publique. Il est assez frappant de la part de quelqu’un qui [veut] tisser des liens dans notre société que lui-même veuille se cacher. »  

Les eurodéputés vont notamment interroger le dirigeant de Facebook sur la protection des données des utilisateurs européens. « Je m'attends à ce que Mark Zuckerberg défende son business modèle, poursuit Philippe Lamberts. Quand je vois comment l’audition s’est passé au Congrès des Etats-Unis, je pense qu’il essaie de passer entre les gouttes. A nous de faire tomber sur lui une douche de questions qui rendent impossible le fait de passer entre les gouttes. Je pense qu’il faut mettre des limites légales. Le règlement général de la protection des données est déjà un pas dans le bon sens, mais peut-être faudra-t-il aller plus loin. »

Mark Zuckerberg arrive alors que, dès vendredi, les entreprises implantées en Europe seront soumises à un code de conduite stricte sur la protection des données personnelles des internautes. Cela inclut Facebook qui, depuis le scandale Cambridge Analytica, a annoncé avoir pris des mesures pour donner plus de contrôle de leurs données aux utilisateurs ou encore pour lutter contre la propagation de fausses nouvelles.

Après être passé sur le grill des parlementaires, il sera le lendemain à Paris à l'invitation d'Emmanuel Macron pour inaugurer avec une cinquantaine d'autres dirigeants d'entreprise une semaine consacrée au numérique.

Commentaires