Politique

Appel de Daoukro : Comment Bédié a court-circuité Charles Konan Banny

Appel de Daoukro : Comment Bédié a court-circuité Charles Konan Banny

La visite d’Etat effectuée par le président de la République dans la région de l’Iffou s’est achevée, mercredi 17 septembre dernier, par un meeting géant à la place Henri Konan Bédié de Daoukro. Au cours de cette rencontre, Une intervention surprise a apporté un certain en train au Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

 Cette organisation politique que beaucoup croyaient à l’agonie, à un an de la prochaine élection présidentielle, connaît, depuis le meeting de Daoukro, une renaissance. Alors que le programme préalablement établi ne prévoyait pas cette sortie, le président du Parti démocratique de Côte d’ivoire (PDCI) a surpris aussi bien ses militants que ceux des autres partis constituant la plate forme politique à laquelle ils appartiennent. Le président Alassane Ouattara n’était pas également informé de cette sortie de son aîné ainsi que de la teneur de sa déclaration. C’est en cours de cérémonie que le maître de cérémonie annonce l’intervention du président Bédié, fils de la région. « Devant la nation rassemblée sans détour, sans trahir les décisions du 12ème congrès du PDCIRDA, je donne des orientations fermes pour soutenir ta candidature à l’élection présidentielle prochaine. Je demande à toutes les structures du PDCI et des partis membres du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix de se mettre en mouvement pour faire aboutir ce projet ». C’est la substance de l’appel lancé à Daoukro. Aujourd’hui, la question que se posent certains est de savoir pourquoi le président du PDCI n’a pas attendu la tenue de la convention pour faire cette déclaration. Pourtant, les dispositions arrêtées par le 12ème congrès de son parti sont claires. Une convention prévue pour se tenir en octobre prochain va désigner le candidat aux prochaines élections présidentielles. Pour éviter d’être pris de court par des cadres de sa formation politique tapis dans l’ombre et qui soutiennent les agitateurs, Bédié a préféré anticiper. Il nous revient que ceux-ci étaient sur le point de coincer leur président en proposant un nom dans le cadre de la candidature à la candidature à l’élection présidentielle sous la bannière du plus vieux parti de Côte d’Ivoire. « Si Bédié avait attendu, il risquait d’être mis en minorité », a relevé un cadre du PDCI. D’ailleurs, le président du PDCI, comme pour corroborer les propos de ce cadre, n’a pas manqué d’envoyer des piques aux agitateurs et leurs parrains lors de son adresse au meeting de clôture. «Tu seras ainsi le candidat unique de ces partis politiques à l’élection présidentielle. Le candidat unique sans préjudice pour les irréductibles qui voudront se présenter en leur nom propre », a asséné Aimé Henri Konan Bédié. Il court-circuite ainsi, selon notre interlocuteur, le Premier ministre Charles Konan Banny. Celui-ci, on le sait, a le profil. Economiste chevronné, Banny entend tirer de son passage à la BCEAO entant que gouverneur et de ses fonctions d’ex- premier ministre de la République de Côte d’ivoire, des atouts lui permettant de solliciter le suffrage de ses compatriotes. Il dispose aussi d’un carnet d’adresses jugé impressionnant. Le tout ponctué par son ambition de diriger un jour la Côte d’ivoire. Mais pour l’heure, il n’est pas question de sacrifier l’espoir que représente le RHDP pour l’avenir prometteur de notre pays sur l’autel d’une ambition personnelle. C’est le message fort lancé par Bédié. Qui prône l’avènement d’un parti unifié. Le président du PDCI est resté constant sur l’attitude à adopter face aux difficultés rencontrées dans l’existence du RHDP, difficultés inhérentes au fonctionnement de toute organisation politique de cette envergure. Pour Bédié, il faut faire des réglages quand cela s’impose. « Il n’est pas question de quitter le RHDP», faisait-il remarquer lorsque le FPI appelait à la constitution d’une alliance avec son parti.

STÉPHANE BEYNIOUAH

Commentaires