Politique

Affaire 16 milliards à la CDVR: Un audit et une enquête judiciaire seront effectués sur la gestion de Banny

Affaire 16 milliards à la CDVR: Un audit et une enquête judiciaire seront effectués sur la gestion de Banny

Des membres de l’exécutif ivoirien préconisent l’ouverture d’un audit administratif, doublé d’une enquête judiciaire sur la gestion des 16 milliards FCFA mis à la disposition de la Commission, Dialogue, Vérité et Réconciliation ( Cdvr ), dirigée pendant trois ans par Charles Konan Banny, a appris Imatin.net. En effet, il s’agira de savoir à quoi cet argent et les autres apports des bailleurs de fond, ont servi exactement.

Alors que la CDVR déplorait souvent le manque de ressources financières à sa disposition, la révélation faite par le président Ouattara concernant les 16 milliards FCFA mis à sa disposition, semble n’avoir pas été anodine.

"Je voudrais aussi saluer l’engagement du Gouvernement, qui a mobilisé d’importantes ressources financières, environ 16 milliards de FCFA, pour accompagner la CDVR et lui permettre d’accomplir sa mission dans les meilleures conditions" a affirmé le Président Ouattara lors de la cérémonie solennelle de présentation du rapport final le lundi 15 décembre 2014.

A la suite de cette déclaration, 

L’audit administratif et l’enquête judiciaire, s’ils ont effectivement lieu, feront suite à la déclaration de candidature de Charles Konan Banny, à la prochaine élection présidentielle ivoirienne. Les autorités d’Abidjan sauront-elles convaincre que l’enquête et l’audit préconisés n’ont aucun lien avec les ambitions désormais déclarées de l’ex gouverneur de la Bceao ? 

La mission de Banny à la tête de la CDVR a pris officiellement fin depuis plusieurs semaines, après une prorogation de six mois par du président  Alassane Ouattara, qui avait accordé ce délai supplémentaire pour permettre d’achever la mission. Le temps de rédaction et de validation du rapport final a imposé deux mois de travail supplémentaire aux agents et aux membres de la CDVR. Les arriérés de ces heures supplémentaires de travail, n’auraient pas encore été payés par le Trésor ivoirien.

On se demande alors à quoi ont servi les 16 milliards de Fcfa  

Affaire à suivre 

(Avec Afrikipresse) 

Commentaires