Politique

Accord entre Athènes et Skopje, la Macédoine change de nom

Accord entre Athènes et Skopje, la Macédoine change de nom

Désormais la Macédoine sera la République de Macédoine du Nord. Cet accord mais fin à un longue querelle linguistique.  

La Macédoine va bientôt changer de nom. Athènes et Skopje ont trouvé un accord sur le nom du pays. "Nous avons un accord, un bon accord qui couvre toutes les conditions posées par la Grèce", ont annoncé le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le chef de l'État, Procope Pavlopoulos.

Le pays, sous la pression de la Grèce, s'appellera désormais "République de Macédoine du nord". Nous avons une solution historique après deux décennies et demie. Notre accord comprend le nom de République de Macédoine du nord pour utilisation universelle", a indiqué le premier ministre macédonien Zoran Zaev.

Cet accord met fin à une querelle vieille de 27 ans avec la Grèce. En effet, le pays refuse que le pays des Balkans porte le même nom qu'une région de Thessalonique. Il s'agit "d'une grande victoire diplomatique et d'une grande occasion historique" pour la région, "ouvrant une fenêtre d'amitié, de coopération et de co-développement" s'est-il prévalu, dans un message adressé manifestement avant tout à son opinion publique, où les oppositions à un accord restent exacerbées.

Entrée dans l'UE

Alexis Tsipras a précisé que cet accord devra déboucher sur une révision effective de la Constitution du pays voisin actant les changements convenus pour que la Grèce lève in fine ses réserves à l'entrée de l'Etat voisin dans l'UE et l'Otan.

Dans un premier temps, l'accord "devra être ratifié par le Parlement" macédonien pour que la Grèce "soutienne l'ouverture de négociations d'adhésion de la Macédoine du Nord avec l'UE lors du prochain sommet européen" de fin juin et "l'envoi par le sommet de l'Otan", mi-juillet "d'une invitation à l'entrée dans l'Alliance", a-t-il détaillé. 

Si le gouvernement macédonien échoue à opérer cette révision constitutionnelle, qui suppose une majorité qualifiée dont il ne dispose pas dans l'immédiat, "l'invitation de l'Otan est annulée et les négociations avec l'UE ne bougent pas", a-t-il insisté. Les voisins du nord seront désignés sur leurs documents de voyage comme "Macédoniens-citoyens de Macédoine du Nord", a-t-il précisé. 

La Grèce, s'est-il prévalu, a aussi obtenu que ses voisins "renoncent à revendiquer toute relation avec la culture grecque antique de Macédoine", incarnée par Alexandre le Grand, sur l'héritage duquel les Grecs revendiquent l'exclusivité. L'accord stipule notamment que la langue du pays voisin, si elle continuera à porter le nom de macédonien, "appartient à la famille des langues slaves du sud", a ajouté Alexis Tsipras.

Commentaires