Politique

Abinan dénonce la mauvaise foi de certains cadres du PDCI dans le débat sur le parti unifié

Abinan dénonce la mauvaise foi de certains cadres du PDCI dans le débat sur le parti unifié

Le ministre de la modernisation de l’administration et de l’innovation du service public, Pascal Kouakou Abinan, dénonce la mauvaise fois de certains cadres du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dans le débat sur le parti unifié, notamment, le rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

 

« Le chronogramme de l’appel de Daoukro se résume en trois étapes. La première, c’est la candidature unique du président Alassane Ouattara en 2015 pour le compte du RHDP, la deuxième, c’est la création du parti unifié (RHDP), la troisième, c’est l’alternance dès 2020 au profit d’un cadre du PDCI. Il n’est donc pas honnête de dire qu’il n’a jamais été question du parti unifié. Il y a des gens même qui disent que s’il doit avoir le parti unifié c’est après 2020. Ou bien ils ont mal lu le contenu de l’appel de Daoukro ou bien c’est de la mauvaise fois », a-t-il déclaré samedi au cours d’un entretien accordé à la presse.

Pour lui, tous ces gens qui font preuve de mauvaise fois dans ce débat sur le parti unifié veulent tout simplement protéger leurs intérêts personnels. « Le problème que nous avons et c’est dommage, c’est que des gens veulent protéger leurs intérêts personnels. Aujourd’hui, je suis ceci ou cela dans le PDCI demain quand on va arriver au parti unifié je deviens quoi ? Voilà la question que les uns et les autres se posent », a-t-il expliqué.

En sa qualité de vice-président du PDCI, il demande aux uns et aux autres de mettre fin à ce débat qu’il juge malsain et d’aller résolument  vers la création du parti unifié gage de paix et de développement pour la Côte d’Ivoire. « C’est l’alliance au sein du RHDP qui a sauvé la Côte d’Ivoire. C’est elle qui a permis de gagner les élections de 2010 et de 2015. Sans cette alliance le FPI serait encore au pouvoir », a-t-il soutenu.

Il a saisi cette occasion pour réaffirmer son appartenance au PDCI-RDA et sa loyauté au président Bédié contrairement à certaines « affirmations graves et grotesques » selon lesquelles il a changé de camp. « Je suis au PDCI depuis ma naissance parce que mes parents étaient PDCI. Et je n’ai jamais tourné le dos à ce parti dans lequel j’ai fais mes classes. De secrétaire de section, je suis passé délégué départemental pendant plusieurs décennies. Aujourd’hui, je suis vice-président par la volonté du président Bédié.  », a clarifié le ministre Abinan.

Commentaires