Politique

Évasion par hélicoptère d'un dangereux braqueur

Évasion par hélicoptère d'un  dangereux braqueur

Un dispositif de recherche a été activé dans toute l'Ile de France, explique une source policière proche du dossier.

C'est un scénario digne d'un film hollywoodien. Ce dimanche matin, le braqueur récidiviste Redoine Faïd s'est évadé, par hélicoptère, de la prison de Seine-et-Marne où il était incarcéré, lors d'une opération "de quelques minutes" qui n'a fait ni blessé ni otage, a appris l'AFP auprès de l'administration pénitentiaire. 

Il était incarcéré à la maison centrale de Réau. Lors de son évasion il a bénéficié de l'aide d'hommes "lourdement armés", a-t-on précisé de source proche de l'enquête.   

Il s'était déjà évadé de la prison de Lille-Séquedin en 2013. 

Hélicoptère retrouvé en région parisienne

De source proche du dossier, on précise que l'évasion s'est faite "par hélicoptère, avec trois complices". "L'hélicoptère a été retrouvé à Gonesse" (Val d'Oise), situé à une soixantaine de km de la prison, et "un dispositif de recherche a été activé dans toute l'Ile de France", a-t-on ajouté. Selon une source policière, l'hélicoptère serait parti du Bourget (Seine-Saint-Denis). 

La police judiciaire a été saisie et "tous les moyens sont mobilisés pour localiser le fugitif", indique une source au ministère de l'Intérieur. Les unités territoriales de la police et de la gendarmerie "ont été immédiatement alertées des faits" et "des dispositifs coordonnées de contrôle et d'interception sont mis en place, qui tiennent compte de la dangerosité du fugitif et de ses possibles complices". 

Selon les premières constatations, l'hélicoptère serait parti de Fontenay-Trésigny (Seine-et-Marne), selon une source proche de l'enquête. Une fois l'appareil posé dans la cour d'honneur de la prison, les occupants ont découpé à la disqueuse une porte qui donnait sur un couloir où se trouvent les parloirs. Redouane Faïd y était alors, avec l'un de ses frères. 

Responsable de la mort d'Aurélie Fouquet

Redouane Faïd, 46 ans, avait été condamné en appel en avril à 25 ans de réclusion pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet. 

Il avait été condamné deux fois aux assises en 2017: à 10 ans de réclusion pour son évasion de la prison de Lille-Séquedin en 2013 et à 18 ans de prison pour l'attaque d'un fourgon blindé dans le Pas-de-Calais en 2011. Il a fait appel de ces deux condamnations. 

 

 

L'Express

Commentaires