Politique

«Shutdown»: Wall Street s'affole, les autres places boursières sont fébriles

«Shutdown»: Wall Street s'affole, les autres places boursières sont fébriles

Dans la foulée des marchés américains, les bourses mondiales s'enfoncent à l'ouverture ce matin. La semaine dernière, Wall Street a connu sa pire semaine depuis la crise financière de 2008. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a bien essayé de calmer les investisseurs ce week-end mais rien n'y fait, les motifs d'inquiétude ne font que s'accumuler pour la planète finance. En cause: le risque d'un «shutdown» prolongé aux Etats-Unis.  

 

Il y a eu d'abord les annonces de la FED, la Banque centrale américaine, mercredi qui poursuit sa politique de resserrement monétaire en prévision d'un ralentissement de la croissance l'an prochain.

 

Au point d'énerver Donald Trump. D'après la presse américaine, il aurait menacé de limoger le directeur de la FED, et de quoi affoler vendredi les deux indices phares Dow Jones et Nasdaq plongent... Et replongent encore après l'annonce de la paralysie partielle de l'administration américaine, conséquence directe du shutdown.

 

La Bourse de Paris s'enfonçait (-0,92%) lundi peu après l'ouverture, entraînée à la baisse par la débâcle de Wall Street de vendredi après l'entrée en vigueur du shutdown, dans une séance écourtée qui sera la dernière avant Noël.

 

Le directeur de la FED lance une opération déminage

 

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin a reçu les dirigeants des principales banques pour s'assurer qu'elles avaient assez de liquidités pour financer l'économie d'ici la fin du « shutdown » prévue pour janvier.

 

L'opération déminage se poursuit ce lundi avec des représentants du monde de la finance d'autant plus inquiets de la prolongation du « shutdown » qu'elle a lieu dans un contexte de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

 

Sur ce front, il y a peut-être du nouveau via ses médias hier dimanche. Pékin a assuré que des progrès ont été enregistrés dans les négociations pour rééquilibrer la balance commerciale et améliorer le climat des affaires pour les entreprises technologiques qui investissent en Chine.

Commentaires