Politique

«Gilets jaunes»: Emmanuel Macron consulte avant son intervention télévisée

«Gilets jaunes»: Emmanuel Macron consulte avant son intervention télévisée

Avant son intervention ce soir à 20h à la télévision, le président Macron a invité à l'Elysée des représentants des corps intermédiaires: syndicats, patronat, collectivités locales, etc, soit plus de trente personnes, pour une rencontre avec le Premier ministre Edouard Philippe, 12 ministres ainsi que les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. La réunion, qui s'est ouverte en milieu de matinée, se poursuivait toujours en début d'près-midi. Au menu de ces discussions, les annonces présidentielles de la soirée.  

 

La réunion a commencé aux environs de 10h du matin avec un format quelque peu exceptionnel puisque tous sont reçus en même temps autour de la même table, rapporte notre envoyé spécial, David Baché.

 

Habituellement, les interlocuteurs se succèdent tour à tour, mais dans le cas présent, la consultation est large et simultanée avec les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, les représentants des maires de France, des élus départementaux et régionaux, les leaders des principaux syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC et la CFE-CGC). C'est le grand retour au plus haut niveau des corps intermédiaires qui s'étaient sentis oubliés, pointent les observateurs. Le syndicat Solidaire a lui refusé de venir en dénonçant un «plan de communication».

 

Trois organisations patronales, le Medef, la Confédération des moyennes et petites entreprises (CGPME) et l’Union des entreprises de proximité sont aussi présentes autour de la grande table de discussion. Tous vont exprimer leurs suggestions pour sortir de la crise, leurs revendications, leurs « doléances », comme diraient les « gilets jaunes » qui étaient invités à faire remonter leurs demandes aux élus locaux.

 

Les pistes évoquées pour calmer la grogne sociale

 

Ce lundi soir, le président Emmanuel Macron doit s’adresser aux Français et faire des annonces. Des pistes ont été avancées. Des primes exceptionnelles pour les salariés, des primes à la mobilité, une augmentation de la prime d’activité ou encore du minimum vieillesse. C’est tout cela qui est discuté en ce moment même à l’Elysée et plus encore. Les syndicats veulent notamment parler salaire.

 

Ils demandent une augmentation du SMIC, le salaire minimum ce qui n’est pas prévu pour le moment. Ils exigent le rétablissement de l’ISF, l’impôt sur la fortune. Là encore cette piste avait été écartée ces derniers jours. Ils demandent encore une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité.

Commentaires