Flash Info

La police chasse les souscripteurs de l'agro-business en pleine conférence de presse

La police chasse les souscripteurs de l'agro-business en pleine conférence de presse

Trois cargos de la Brigade anti-émeute (BAE) sont intervenus ce samedi matin, dans un hôtel de Cocody, pour déloger les souscripteurs de l’agrobusiness qui y tenaient une conférence de presse. Une immixtion de plus qui semble ne pas décourager les souscripteurs qui ont annoncé une marche  pour 14 h à la Maison du Pdci.

 

« Mais qu’est-ce qu’on nous veut finalement ?». Tel est l’indignation d’une sexagénaire qui a pris part à la conférence de presse organisée ce samedi matin  par l’association des souscripteurs de mon hévéa (ASM-CI) interrompu par le commissaire Koffi et ses hommes.

Notons que les souscripteurs étaient réunis pour lancer une pétition pour dénoncer l’ingérence du gouvernement dans cette « affaire privée. »

Malgré les négociations engagées auprès ces derniers par les organisateurs de cette conférence, le commissaire Koffi, sur interventions du président de la République, Alassane Ouattara, a-t-appris auprès organisateurs, a exigé la libération du quatrième étage de l’Hôtel Horizon où ils étaient. Ce, sans donner une explication préalable.

Soucieux de préserver l'intégrité physique des souscripteurs presents, AGO Blaise, président de ladite struture, leur a demandé y compris les journalistes de quitter les lieux.

Cette intervention est la troisième du genre, après la dispersion des rassemblements à soccoce II Plateaux et à la Cathédrale St Paul d’Abidjan, depuis que le gouvernement a décidé de la suppression de cette activité sur le territoire nationale.

Pour les souscripteurs, ces interventions n’enlèveront en rien leur détermination qui est de se faire entendre par tous les moyens. C’est pourquoi, d’ailleurs, ils ont appelé leurs adhérents à une marche  ce samedi 11 mars 2017 dès 14 heures, à la maison du Parti Démocratique de Côte d4ivoire.

Mais, avant, AGO Blaise, président de ladite association, a expliqué qu’une procédure judiciaire a été lancée par les souscripteurs pour le remboursement effectif des revenus sur investissements (RSI). Cette procédure qui se résume en deux  étapes, selon Ago Blaise, consiste pour les avocats engagés par la structure d’adresser un courrier à chaque structure bancaire qui loge les fonds des entreprises agrobusiness. Ce, afin qu’elles fassent le point et dégèlent les fonds pour le remboursement. Auquel cas « une mesure contraignante » sera appliqué pour les obliger à le faire. Il s’agira, selon lui, pour ses entreprises bancaires qui marqueront leurs indifférences à ses courriers de payer un pourcentage des fonds qu’elles logent chaque mois qui passera.

Commentaires