Securité

4 morts à Bouaké / gournement - ex combattants: A qui la faute?

4 morts à Bouaké / gournement - ex combattants: A qui la faute?

Le gouvernement ivoirien et les ex combattants démobilisés se rejettent la responsabilité des violences qui ont émaillé cette journée de mardi les manifestations pour revendiquer des primes, tandis que les ivoiriens s'interrogent sur les faits réels.

 

Depuis la manifestation de mardi, le gouvernement a accusé dans un communiqué lu par le ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko sur les antennes de la télévision nationale, les ex combattants démobilisés d’être à la base des meurtres, notamment lors de leur manifestation pour réclamer leurs primes faisant état de ce que des manifestants armés avaient débouclé une grenade qui a occasionné 3 morts et 14 blessés. Confortant les propos du ministre de l’intérieur, Amadou Soumahoro, le secrétaire général du parti d’Alassane ouattara qui a dénoncé « l'attitude » des manifestants  a enfoncé le clou hier, affirmant que « les manifestants étaient des voyous qui ne figuraient aucunement sur les listes des démobilisés » a-t-il dit.

Le porte-parole des ex combattants démobilisé a rejeté en bloc ces accusations, justifiant l'attitude violente des forces de l’ordre par un probable « ordre » de « charger des manifestants »

«Ce qu'a fait le gouvernement est inacceptable », avait dans un premier temps accusé Amadou Ouattara, porte-parole des manifestants, présent sur les lieux. « Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur nous, Comment peut-on justifier ça ? 
« Nous n’étions pas armés, nous voulions juste nous faire entendre ! », « C’est là qu’ils ont commencé à tirer en rafales avec leurs kalachnikovs et une grenade a été lancée », affirme-t-il. Le projectile tue deux démobilisés sur le coup, selon la version du porte-parole
  du mouvement des « démobilisés », ces anciens rebelles qui réclament le paiement de primes au gouvernement ivoirien. A-t-il déclaré.

 

Commentaires