Fait Divers

Trafic de drogue : 11 individus dont le chef présumé, ses conjointes et une femme enceinte arrêtés

Trafic de drogue : 11 individus dont le chef présumé, ses conjointes et une femme enceinte arrêtés

Onze (11) dealers de drogue, de nationalité ivoirienne, ghanéenne et burkinabé, au nombre desquels, une femme enceinte et les deux femmes du chef présumé de la bande,ont été appréhendés par la Cellule antidrogue (Cad), de la gendarmerie, de San Pedro. C'était au cours d'une opération menée du lundi 26 au mercredi 28 mars à Grand Béréby et à San Pedro.

 

Les hommes de loi ont pu mettre la main sur plusieurs doses de cocaïne, d'héroïne, des boulettes de cannabis. Le tout, d'une valeur marchande d'un peu plus de quatre millions (4) de F Cfa. Dans la saisie, figurent également sept (7) paires de ciseaux, des pipes à crack et du matériel de conditionnement, composé d'enveloppes et de lots de sachets plastiques.

Selon nos sources, l'opération commence à Grand-Béréby, après plusieurs dénonciations. Dénonciations venant d'habitants qui se plaignaient d'intenses activités liées à la drogue, presque au vu et au su de tous, à la gare routière. Aidée par les gendarmes de cette localité,  la Cad déjà dans une dynamique de traque depuis le mois de novembre de l'année écoulée, réussit à mettre le grappin sur sept ( 08) individus, dont S. Souleymane, présenté comme le chef présumé du groupe. Interrogé, ce polygame conduit les limiers à San Pedro, chez ses deux femmes qu'il dit être impliquées comme lui, dans ce commerce illicite. C'est justement chez l'une d'elles, frêle, à l'allure innocente, du nom de K. Grâce,  qu'est découverte toute la quantité de drogue, soigneusement dissimulée dans un lecteur Dvd. « Mon mari a menacé de me tuer, si je parlais de cette marchandise et de cette activité, à qui que ce soit », révèle la conjointe du dealer présumé.

S. Souleymane, dans sa volonté de ne pas « trinquer » seul, conduit les enquêteurs, au domicile de dame D. Awa. Cette femme qui porte une grossesse de cinq (5) mois, il la désigne comme son fournisseur attitré depuis longtemps. Mais entendue dans les locaux de la gendarmerie, la future mère n'a de cesse de nier en bloc, tout lien avec son accusateur. « Je ne le connais pas. Je ne l'ai jamais vu. Je ne vends pas de drogue. Je ne comprends pas pourquoi je suis ici... », peste-t-elle. Mais les éléments de la Cad, qui ont déjà entendu de telles litanies utilisées par des mis en cause, voulant se soustraire des mailles de la justice, ne tiennent pas compte de ses lamentations. En attendant de passer devant un juge qui les situera sur leur sort définitif, les onze dealers présumés sont déférés devant le parquet, à Sassandra.

Commentaires