Fait Divers

Songon : Un commando attaque une pharmacie et emporte un important lot de médicaments

Songon : Un commando attaque une pharmacie et emporte un important lot de médicaments

Après les combattants mystérieux qui, dans la nuit du samedi 2 septembre 2017, ont mis la brigade de gendarmerie de Songon à leurs pieds, en faisant un blessé et en emportant des armes à feu, un autre commando s'est signalé dans la zone.

 

 

Précisément, à Songon-Kassemblé, village situé à 3 Km de Songon. Et c'est la toute nouvelle pharmacie, dénommée « Eliora » et seulement ouverte le 17 août 2017, qui a essuyé l'assaut. C'était dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 septembre 2017.

Ce jour-là, selon les témoins, il est 1h 30' exactement, quand les bandits, au nombre de six, comme l'étaient ceux qui ont attaqué la brigade de gendarmerie, encerclent les locaux de la pharmacie. Sans hésiter, ils usent des kalachnikovs en leur possession, et tirent sur les caméras de surveillance, qu'ils détruisent. Puis aisément, ils maîtrisent les vigiles, incapables de réaction, face à leur arsenal de feu.

Cela fait, le commando fait voler en éclats la baie vitrée et pénètre maintenant à l'intérieur de l'officine. Et là, les criminels se mettent à fouiller les lieux. Ainsi, ils font main basse sur des ordinateurs, de l'argent, un incroyable lot de médicaments...Ensuite, tout leur butin, ils le rangent dans leur « véhicule de commandement » à bord duquel ils sont arrivés. Puis, c'est dans un crissement de pneus qu'ils prennent le large, en direction d'Abidjan.

Laissant pantois les vigiles, heureux dans le fond, de les voir s'en aller enfin. Informée, L.H., la pharmacienne, saisit, au petit matin, la brigade de gendarmerie de Songon, pas encore vraiment remise de l’attaque essuyée quelques jours plus tôt. N'empêche, les éléments de la maréchaussée se rendent sur place et procèdent au constat d'usage. Le préjudice financier de l’attaque de la pharmacie, apprend-on, est énorme. Il s'élève à plusieurs millions de F Cfa. En attendant que soient retrouvés ces gangsters armés, c'était la psychose dans les rangs des populations villageoises de Songon-Kassemblé.

 

 

Commentaires