Fait Divers

Port-Bouët : pour un homme, elle tranche la gorge de sa voisine à l’aide d’une lame

Port-Bouët : pour un homme, elle tranche la gorge de sa voisine à l’aide d’une lame

Un drame a choqué les habitants du quartier populaire de Gonzagueville dans la commune de Port-Bouët. Par jalousie ou encore une affaire d’homme, Une femme mariée se fait ouvrir la gorge avec une lame-rasoir par sa voisine. Les faits se sont déroulés le 27 avril dernier et la victime a été mise hors de danger.

Depuis bientôt six mois que Sylvie est là, Hélène est à présent convaincue que son mari entretient des relations sexuelles avec cette dernière. Pas question de laisser les choses en l’état, sait-on jamais, afin de se faire éjecter de son foyer au profit de Sylvie qui, à ses yeux, n'est ni plus ni moins qu'une catin. En tout cas, les deux femmes ne manquent aucune occasion de se lancer des piques ou même, d'en venir « aux langues », pour des échanges verbaux houleux et très bas. Des échanges à déconseiller dans les écoles.

 

On en est à cette atmosphère très délétère entre les deux femmes, quand arrive le vendredi 27 avril 2018. Ce jour-là, en effet, avancent toujours nos sources, Sylvie reçoit la visite de son amie qu'on va appeler V. Sandrine. Les deux se mettent à papoter avant de se laisser aller, chaque fois, à une hilarité bruyante. Et là, A. Hélène croit savoir que c'est d'elle que ces deux filles qu'elle traite de salopes et de mégères, sont en train de parler. Elle a pu décrypter que c'est elle qu'on critique, en faisant recours à ces paraboles mal ficelées. Elle croit apprendre que Sylvie est en train d'expliquer à sa camarade, qu'elle se « tape » son mari. Puis, une fois de plus, les deux jeunes filles de se laisser à de fous rires.

Ça, elle ne le supporte pas. Le sang d'Hélène fait alors un tour. Elle ne peut plus rester les bras croisés, pour qu'on lui reflète l'image honteuse de femme cocue. Elle fonce alors sur Sylvie, qu'elle accuse de se farcir son mari. Et c'est la bagarre, violente. Une bagarre au cours de laquelle Sylvie, sans doute habituée à de telles rixes, recourts à une lame-rasoir. Et cette arme occasionnelle, elle la passe dans le cou de son adversaire. Cette dernière, grièvement blessée, qui hurle, se tient le cou d’où gicle son sang en abondance.

Au même moment, Sylvie tente de s'échapper. Mais en général, c’est difficile de se tailler dans la nature, dans ce genre de quartier, où un cordon humain est vite formé. C'est ce qui est fait et elle est donc chopée. Tout comme sa camarade Sandrine. Toutes les deux sont conduites, sous bonne escorte, au commissariat de police du 24ème arrondissement.

Quand à Hélène, très mal en point, est évacuée à l'hôpital général de Port-Bouët, où apprend-on, elle devrait être admise au bloc opératoire. Son mari lui, avait profité ce jour-là, de la confusion pour se fondre dans la nature.

La police a ouvert une enquête, pour faire la lumière sur cette affaire. Une affaire de cour commune, où l'on est souvent confronté à toutes sortes de commérages louches et à des attitudes moins enclines, à la bonne moralité. Le contact trop proche des uns et des autres, créant parfois des choses très bizarres

 

 

avec Soir Info

Commentaires