Fait Divers

Naomi Musenga : Les raisons de sa mort enfin connues !

Naomi Musenga : Les raisons de sa mort enfin connues !

L’affaire Naomi Musenga, âgée de 22 ans, connaît de nouveaux rebondissements. Les raisons de la mort de la jeune femme, décédée après avoir été moquée au téléphone par des agents du Samu, sont enfin connues. Cependant, ses parents réfutent cette cause et portent plainte contre X pour homicide involontaire.

Le mystère autour de la mort de Naomi Musenga est en train d’être résolu. Les raisons de sa mort ont été expliquées par le procureur de Strasbourg, Yolande Renzi.

Naomi a été victime d’une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours. La destruction évolutive des cellules de son foie a entraîné une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès.”, laisse t-elle entendre.

Vendu par les marques Doliprane et Dafalgan, les médicaments les plus vendus, et sans ordonnance, peuvent entraîner la mort.

En fait, il est marqué sur l’ordonnance qu’il faut respecter la dose prescrite. Pis, lorsqu’une personne qui prend ces substances consomme de l’alcool ou ne se nourrit pas assez, le risque devient plus grand. C’est ce qu’explique Christophe Bureau, secrétaire général de l’association française pour l’étude du foie. A l’en croire “pour cette catégorie, dépasser de façon très légère les doses journalières peut être mortel”.

Les parents de Naomi rejettent cette théorie

Pour les parents de Naomi, la cause par intoxication n’est pas recevable. “Je ne pense pas que c’est la cause qui a précipité le décès de ma fille. Beaucoup d’entre nous prenons du paracétamol, c’est une fille qui était bien informée de la manière dont on prend ce médicament. En temps voulu, on prouvera que ce n’est pas la prise de paracétamol qui a causé sa mort” soutient Polycarpe Musenga père de la victime. Pour la maman de Naomi : « C’est comme ci quelqu’un ne voulait qu’on voit autre chose que ce qu’on nous montre. »

Ce 10 juillet, le procureur de Strasbourg a reçu la famille Musenga pour l’ouverture d’une information judiciaire pour « non-assistance à personne en péril contre l’opératrice du centre des appels d’urgence et tous autres, ainsi que du chef d’homicide involontaire contre X ».

 

 

afrikmag

Commentaires