Fait Divers

Mort d' Excel: famille Konan - M. Djiré, qui est responsable ?

Mort d' Excel: famille Konan - M. Djiré, qui est responsable ?

Excel Konan, c’est le nom d’un petit garçon de 3 ans dont le corps a été retrouvé flottant dans la piscine d’un voisin de ses parents. M. Djiré, le voisin en question, est en garde à vue tout comme son gardien parce qu’ils sont soupçonnés d’être responsables « d’homicide involontaire ».

Cette affaire s’est déroulée le mercredi 20 juin 2018. La mère rentre d’une course quand son bébé Excel Konan se réveille. La servante commise à sa surveillance faisait la lessive selon elle, lorsqu’elle lui lave le visage avant de lui donner de la bouillie à manger. Ensuite, elle lui prend son téléphone de la main pour appeler son père et c’est en ce moment-là que le petit Exel Konan échappe à sa vigilance en compagnie du fils de la voisine venu le chercher pour jouer.

Près de 15 minutes s’égraineront avant que la nounou ne demande où est le petit. La mère d’Excel dit alors qu’elle lui a deman

dé d’aller regarder dehors où il était censé jouer. La nounou revient sans le petit et c’est là qu’elle décide elle-même de se lancer à sa recherche. Le petit garçon avec qui Exel Konan était censé jouer est là, mais pas la victime. Il dira qu’il n’a pas vu son copain de jeu. Elle va alors voir le vigile de M. Djiré Abdoul Aziz pour lui demander s’il n’avait pas vu son fils. « Non », lui répondra-t-il.

La mère du petit garçon se lance alors dans des recherches plus poussées dans le quartier, revenant plusieurs fois sur ses pas en interrogeant de nouveau le vigile de M. Djiré qui répondra de nouveau par un « Non ». La mère va alors jusqu’à la sortie du quartier à la recherche de son fils. Là-bas, elle demande à un cordonnier qui lui conseille d’aller voir vers la mosquée, car selon lui, « l’enfant ne va pas loin ».

Revoilà la mère d’ Excel Konan de nouveau vers la résidence de M. Djiré, accompagnée cette fois par sa voisine. Voyant la servante des lieux arriver, elle s’introduit avec elle dans la résidence pour de nouveau poser la question. Pendant ce temps, le vigile commis à la surveillance des lieux les interpelle en disant qu’il était interdit d’entrer dans la résidence. La servante lui répond tout de même qu’elle n’avait vu personne et qu’elle…

La mère d' Excel Konan au téléphone oublie son fils

À sa sortie de la résidence de M. Djiré, la mère d’ Excel Konan appelle son grand fils à qui elle demande de venir avec ses amis pour grossir les rangs des personnes devant retrouver cet enfant. C’est alors que la troupe allait chercher l’enfant que le propriétaire de son domicile lui demande de venir, car M. Djiré aurait demandé à sa servante de venir chercher la mère.

Pendant qu’elle se rendait au domicile de cet homme, elle le voit sortir de sa résidence avec son véhicule, un 4x4. Elle lève alors le bras, mais ce dernier ne s’arrête pas, ne l’ayant peut-être pas vu. Arrivée devant son portail, elle constate que le gardien n’est plus devant, mais plutôt à l’intérieur de la maison d’où il lui demande d’attendre le retour du propriétaire des lieux.

Elle retourne trouver le propriétaire de sa maison qui avait réceptionné le message envoyé par la servante de M. Djiré. Avec son propriétaire, ils viennent de nouveau taper à la porte de M. Djiré qui était toujours absent. Le gardien leur demande de l’attendre. C’est à ce moment-là que Djiré Abdoul Aziz arrive en compagne des forces de l’ordre qu’il était allé chercher.

Elle se présente à M. Djiré comme étant la mère de l’enfant. Alors, un policier lui prend la main pour la faire entrer dans le domicile. À peine entrée, qu’elle voit le corps sans vie de son enfant Exel Konan couché à même le sol… »

Cette version de la mère de la victime n’est pas contredite par les Djiré, qui crient cependant leur innocence.

L'exposé des faits par l'avocat de M. Djiré

Selon l’avocat de cette famille, M. Djiré, revenu d’un petit pèlerinage dimanche 17 juin 2018, son client était confiné à son domicile, le temps de l’organisation d’une cérémonie devant célébrer son retour de la Mecque 7 jours après qu’il soit rentré. C’est une pratique religieuse connue des musulmans en Côte d’Ivoire. C’est en attendant cette cérémonie qu’il devait donner chez lui dimanche 24 juin, et pour laquelle il avait commencé à réaménager son domicile que le drame de la mort du bébé Excel Konan est survenu.

Le père de famille dormait dans sa chambre quand son fils est venu l’informer de l’arrivée des menuisiers pour le montage de meubles qu’il avait commandés, explique l’avocat. La mère de ce garçon demandait donc à ce que Djiré Abdoul Aziz vienne au salon pour donner les instructions aux ouvriers.

Peu après, il a demandé à son gardien d’aider le carreleur à transporter du matériel stocké dans un conteneur qui lui servait de débarras pour le remplacement de carreaux dans la résidence. Le gardien n’ayant pas trouvé le modèle de carreaux souhaités par son patron, ce dernier lui demandera de décoller un carreau déjà posé qui servira de modèle à l’ouvrier chargé d’en racheter de nouveaux chez ses fournisseurs.

M. Djiré demande ensuite à son gardien de faire nettoyer un pot de fleurs dehors. C’est lorsqu’il a terminé cette mission de son patron que le gardien découvre le corps du petit Exel flottant au-dessus de la piscine. Il retourne en catastrophe dans la pièce de vie pour en informer son patron qui lui demande de vite porter secours à l’enfant.

Quand M. Djiré découvre le corps du petit Excel...

M. Djiré se précipite à sa suite auprès de la piscine, mais ne reconnait pas d’enfant dans un premier temps. Il croit que c’est une peluche qui flotte sur l’eau. Sur insistance du gardien, le petit monde présent réalise que c’est bien un être humain. Le gardien sort ensuite l’enfant de l’eau pour le coucher sur le dos au bord de la piscine.

Le gardien, puis M. Djiré procéderont tour à tour à un massage cardiaque qui fera ressortir de l’eau mélangée à de la bouillie de la bouche du petit Exel Konan. Malgré cette tentative pour réanimer le petit garçon, celui-ci était déjà décédé. C’est en ce moment-là que le père de famille interroge "qui a laissé un enfant entrer dans la cour ?" On lui dira en ce moment-là qu’une voisine cherchait son enfant.

Il demande alors à sa domestique d’aller chercher la mère. Celle-ci revient sans la mère du bébé qui était alors en train de chercher son enfant plus loin. Il lui a demandé de retrouver cette mère et comme la recherche se faisait longue, il décide d’aller chercher des policiers non loin de son domicile pour venir constater le drame, laissant pour instruction de n’ouvrir la porte à personne avant son retour.

La police qui a fait identifier l’enfant par la mère ensuite a fait venir des experts pour le début de l’enquête. Après examen du corps de l’enfant par un médecin légiste, les pompes funèbres ont emporté le corps du petit Exel Konan, toujours pour besoin de l’enquête. Depuis lors, M. Djiré et son gardien sont retenus par la police.

Sa richesse, la Mecque, les preuves de la culpabilité de M. Djiré ?

Et depuis lors, les supputations vont bon train avec M. Djiré dans le rôle du coupable pour crime rituel. L’enquête a tout juste débuté que des personnes sur les réseaux sociaux refusent d’envisager l’hypothèse d’un accident. La justice ivoirienne a quant à elle décidé de placer en détention M. Djiré et son gardien pour besoin de l’enquête pour laquelle ils sont accusés « d’homicide involontaire », une décision qui prête le flanc aux adeptes de la thèse du complot.

La justice ivoirienne, comme pour satisfaire les émotifs, n’a pour l’heure placé aucun des parents qui ont laissé leur enfant de trois ans sans surveillance en détention.

Mais pourquoi Djiré Abdoul Aziz qui aurait commis un crime dans son domicile n’aurait-il pas cherché à se débarrasser du corps ou même à prendre la fuite ? Pourquoi est-il allé appeler la police ? Pourquoi un enfant de trois ans qui a pu échapper à la vigilance de sa mère et sa nounou commise à sa surveillance ne pourrait-il pas échapper à celle d’un gardien qui faisait des vas-et-vient entre la résidence et le conteneur situés 30m plus loin ? Comment le gardien aurait-il pu prévoir la visite du petit Exel sur les lieux ?

Même si rien ne démontre pour l’heure l’innocence de M. Djiré et son gardien, il semble plus indiqué d’attendre les résultats de l’enquête avant d’accuser Pierre, Paul ou Jacques, même s'il s'est déjà passé dans cette même Côte d'Ivoire des cas Booba.



afrique-sur7.fr







Commentaires