Fait Divers

Internet : une Camerounaise de 39 ans tombe folle amoureuse d’un vieux blanc âgé de 91 ans (photos)

Internet : une Camerounaise de 39 ans tombe folle amoureuse d’un vieux blanc âgé de 91 ans (photos)

Cette histoire d’amour révélée sur les réseaux sociaux a choqué plus d’un internaute. Une Camerounaise de 39 ans s’affiche fièrement avec son amoureux, un Européen âgé de 91 ans. Ils vivent ensemble depuis un moment dans un pays en Europe dont nous ignorons les détails. Les photos de ce couple publiées sur internet a suscité de nombreux commentaires parfois malsains allant contre de la jeune dame.  

 

Ce qui a semblé très curieux dans ce couple, c’est la différence d’âge. Cette curiosité dans ce couple présente bien des conséquences: alors que la femme dégage une énergie débordante, elle démontre son profond désir de partager pleinement l’amour avec son bien aimé, l’homme semble plutôt épuisé, essoufflé et affaibli par le poids. Même s’il s’efforce à jouer le jeu, son âge semble bien prendre le dessus sur sa volonté.  C’est à peine s’il participe à fond.

Sur facebook, les avis sont partagés sur la sincérité de l’amour dans ce couple. Decarlo Wallace un internaute a indiqué qu’il croyait en la sincérité de cet amour. Il a d’ailleurs tenu à féliciter le couple « C’est beau l’amour .. vraiment j’apprécie cette dame qui s’affirme ouvertement avec son amoureux . L’âge n’est qu’un chiffre . Bravo ma chérie que c’est beau . Le vrai amour s’affiche ».

Couple : Une africaine de 39 ans amoureuse d'un européen de 91 ans

Mais cet avis n’est pas partagé par Naomie qui estime que cette femme est une paresseuse qui  s’accroche derrière la richesse de ce vieil homme. Comme elle ne veut pas travailler, elle voudrait vivre des efforts du travail de cet homme du 3ème âge et profité de son héritage après sa mort

« Elle est paresseuse, elle aime la facilité, partisane du moindre effort bref  elle est une bonne a rien. C’est pourquoi ça ne me surprend pas. Après elle va appuyer son coup afin de rester avec l’héritage ».

 

avec afrikmag

Commentaires