Fait Divers

Insécurité: Encore un autre braquage à Bouaké, 50 millions de francs Cfa emportés

Insécurité: Encore un autre braquage à Bouaké, 50 millions de francs Cfa emportés

Les voleurs à moto, un phénomène dont il faut se méfier de plus en plus en Côte d'Ivoire.

 

 

Moins d'un mois après le braquage spectaculaire qui a vu les bandits se tirer avec la somme 20 millions de francs au marché de gros, la ville de Bouaké renoue avec un autre coup tout aussi fumant. Cette fois, les malabars semblent avoir mis la barre haute vue l'importance de leur butin. 50 millions de francs cfa, c'est la rondelette somme que deux individus armés, à motos, ont arraché à un opérateur économique ce vendredi 23 mars 2018, en pleine prière de la Djouma islamique.

Les faits, selon une source policière, se déroule comme suit.

Monsieur Konaté, un richissime opérateur économique exerçant dans le domaine de la noix de cajou, revenait de sa banque à la suite d'un retrait de 50 millions de francs Cfa. L'homme d'affaire, monte à bord de son véhicule et met le cap sur le centre commercial non loin de l'ex-cinéma Le Capitole où il marque une escale, le temps d'acheter une marchandise. Quelques minutes après son achat, Konaté remonte dans sa voiture et prend la direction de sa résidence sise au quartier Air France 1 rue 13. Dans sa course pour la maison, il ne se rend pas du tout compte qu’il est suivi par deux quidams sur une moto de couleur bleu "flèche".

Une fois au portail de son domicile, ordre lui est intimé par les deux mauvais garçons, qui l’accoste, sous la menace de leurs armes, de descendre de sa voiture non sans leur remettre la manne. L’homme est très vite maîtrisé. Les deux fripons lui arrachent l'argent et enfourchent en trombe leur engin. Ils tentent aussitôt de fondre dans la nature. Mais, Konaté qui ne s'avoue pas vaincu aussi facilement, décide de se lancer à leur trousse. Il hèle un taxi communal et demande à son conducteur de suivre ses braqueurs. La chasse aux deux braqueurs à motos pour tenter de reprendre son butin s'achève devant le Centre Culturel Jacques Aka, lorsque les fugitifs découvrent qu'ils étaient suivis par leur victime en taxi.

Les braqueurs marquent un arrêt pour dissuader leur poursuivant par des tirs de sommation à l'aide de leurs armes de type kalachnikov. Les détonations de ces armes ne manqueront pas de créer une peur panique au sein des populations qui se mettent aussitôt à l'abri. Apeurés, les occupants du taxi, devant la menace des armes, assistent tous impuissants, à la scène donnant ainsi une chance aux braqueurs de se volatiliser dans la nature. C'est avec regret et tout en sueur que M. Konaté explique sa mésaventure.

Il a décidé de porter plainte dans l’un des postes de police le plus proche. Une enquête est ouverte pour épingler ces deux braqueurs en fuite avec leur butin.

 

 

Commentaires