Fait Divers

Ghana : Des malheurs s’abattent sur la ville de ceux qui ont lynché le capitaine Maxwell Mahama

Ghana : Des malheurs s’abattent sur la ville de ceux qui ont lynché le capitaine Maxwell Mahama

Le sang de Maxwell Mahama serait-il en train de crier vengeance? En effet, une semaine après le lynchage à mort de l’officier militaire et neveu de l’ex-Président John Mahama, la population de la ville Denkyira-Obuasi où le drame s’est produit est comme « maudite ».

Selon le rapport des sources locales, les habitants sont en train de mourir de faim parce qu’ils peinent à s’approvisionner en vivres, à se rendre dans leurs différentes fermes. Ils ne peuvent pas se rendre dans leur plantations de peur de se faire arrêter par la police. Pire, les commerçants ne font plus du commerce dans la localité.

« Nous avons épuisé nos réserves de provisions. Alors que les aliments sont en train de pourrir  dans les différentes plantations, en raison de la psychose qui règne ».

Allant plus loin, le député de la circonscription, M. Nsowah Gyan a déclaré qu’après le décès de Maxwell, les populations ont abandonné la ville. On ne dénombre plus que  les personnes âgées et les enfants.

Le député a toutefois précisé que « ceux des résidents qui n’étaient pas directement impliqués dans le lynchage sont arrêtés quotidiennement. Toute chose qui paralyse les activités. Désormais craignant les arrestations, les populations vivent terrées chez elles ». M. Gyan révèle que « ceux qui ont fui la ville lorsque le drame s’est produit sont prêts à revenir, mais ont peur d’être arrêtés par la police ».

Au bord du désespoir, les autorités du village ont lancé un appel au gouvernement et aux ONG afin de leur porter secours face à cette situation difficile à laquelle ils sont confrontés depuis une semaine

Maxwell Mahama a été lynché à mort, à Denkyira-Obuasi, dans le Sud du pays, le 30 mai 2017. Depuis le drame, l’enquête suit son cours et des personnes soupçonnées d’avoir participées au lynchage de l’officier militaire ont été interpellées en vue d’être jugées.

Commentaires