Fait Divers

Elle invente la mort de sa fille pour arnaquer une amie à hauteur de 150.000 euros

Elle invente la mort de sa fille pour arnaquer une amie à hauteur de 150.000 euros

Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné, mardi, une dame née en 1950 à une peine de quinze mois de prison avec sursis simple pour usage de faux et escroquerie. Originaire d'Antoing, cette dame avait fait croire à une autre dame que sa fille était très malade et qu'elle n'avait pas les moyens de payer les frais médicaux. En novembre 2013, elle lui avait annoncé son décès et la victime avait pris les funérailles à sa charge. Le tribunal l'oblige à rendre près de 150.000 euros, soit 98 millions Fr Cfa.

 

C'est une histoire rocambolesque qui avait été plaidée en juin devant le tribunal correctionnel de Tournai. Une dame réclamait 162.000 euros à l'une de ses anciennes amies qui l'avait escroquée. Celle-ci lui avait raconté que sa fille, qui vit à Anvers, était atteinte d'une maladie incurable et qu'elle n'avait pas les moyens de payer les frais d'hôpitaux et de s'acheter un lit médicalisé pour terminer ses jours chez elle. 

Le 15 novembre 2013, la condamnée annonçait la mort de sa fille et la victime a pris en charge de prétendues funérailles. Sauf que, quelques semaines plus tard, la "défunte" souhaitait de bonnes fêtes à ses amis sur le réseau social Facebook et qu'elle se portait comme un charme. De plus, les courriers de remerciements écrits par les filles de la "défunte" étaient des faux dont la grand-mère a fait usage. 

Interrogées, la fille et les petites filles de la coupable ignoraient ces manoeuvres.

 
 
                                                                                        7sur7
 
Commentaires