Fait Divers

Après 23 ans de carrière, une prostituée reçoit un cadeau particulier pour sa retraite

Après 23 ans de carrière, une prostituée reçoit un cadeau particulier pour sa retraite

Une prostituée de 40 ans, Sarah Mutero, qui prétend avoir couché avec des milliers d’hommes au cours de ses 23 années de carrière, s’est vue offrir une parcelle de terre comme cadeau de retraite.

Punchng rapporte que Mutero a reçu une parcelle de terre d’une valeur de 120 000 shillings (environ 1 190 dollars) à Makuyu, dans le comté de Murang’a, au Kenya.

Pendant 23 ans, Mutero a été une prostituée dans sa ville natale, Embu, dans le centre-ville de Nairobi et dans la région de Majengo.

Dans sa jeunesse, elle couchait avec 20 hommes ou plus pendant la journée. Mais au fil des ans, avec des temps économiques difficiles et une forte compétition elle ne pouvait gérer que quatre clients par jour.

Cela fait en moyen 100 hommes par mois, et en 23 ans de carrière, elle a eu des rapports sexuels avec des milliers d’hommes.

« Ce n’est pas facile de satisfaire un si grand nombre d’hommes, certains étant impitoyables, et nous finissons pauvres ».

« Nous ne gagnons pas beaucoup, ce qui ne nous permet pas d’épargner. Tout ce que j’ai gagné en couchant avec les hommes est allé aux vêtements, au logement, à la nourriture et à l’éducation de mes enfants », affirme-t-elle.

Mutero a révélé que dans la prostitution, les prix sont déterminés par les normes et l’emplacement.

« Dans les villages, une nuit coûte moins d’un dollar. Dans le centre-ville, elle coûte environ 2 dollars et plus dans les quartiers chics ».

À Majengo, les travailleuses de sexe louent des maisons en terre pour 4 500 shillings (environ 45 dollars) par mois et doivent fermer leurs portes à 23 heures.

Mais Mutero était l’une des prostituées qui travaillait toute la nuit tandis que celles avec de jeunes enfants ou celles dont les maris n’étaient pas conscients de ce qu’elles faisaient pour gagner leur vie, finissaient le travail tôt.

Dans le commerce du sexe, dit-elle, la morale est sans importance aussi longtemps que l’on gagne de l’argent.

« Si une nuit coûte 100 shillings, il faudra alors coucher avec plusieurs hommes pour pouvoir joindre les deux bouts » se confie-t-elle.

« C’est pourquoi nous ne négligeons pas les clients tant qu’ils peuvent payer et ont plus de 18 ans ».

« Même dans ma vieillesse, les jeunes hommes me choisissaient parce que je les traitais bien, et pour les débutants, je les montrais comment porter des préservatifs et faire l’amour ».

Après 23 ans de carrière, elle a décidé de prendre sa retraite et laisser la place à ses collègues, certaines étant déjà dans la soixantaine.

« Je veux prendre ma retraite et m’installer tranquillement avec mes enfants et je ne suis pas intéressée à avoir un mari ».

Pour l’aider à subvenir à ses besoins et à celui de ses deux garçons, quelques sympathisants ont promis de recueillir des fonds pour lui construire une maison.

 

afrikmag.com

Commentaires