M. Levy qui s’exprimait à l’occasion d’une table ronde, en prélude au Development Finance forum (Forum pour le financement du développement), prévu les 1er et 2 juin 2017 à Accra, au Ghana, a indiqué que cet appui financier vise à accompagner les pays fragiles en Afrique.

Il s’agit du guichet IDA 18, une branche de la Banque mondiale mise en place par l’Association internationale (DIA) avec la Société financière internationale (IFC) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA).

L’IDA-18 qui débute effectivement le 1er juillet 2017 s’étendra jusqu’au 30 juin 2020, soit sur une durée de trois ans. Ce guichet est notamment destiné aux pays à faibles revenus et qui remplissent les conditions pour bénéficier de l’enveloppe de financement.  

Pour bénéficier de ces fonds, les pays du continent devront réformer leurs climats des affaires, leurs politiques macroéconomiques et budgétaires afin de créer un environnement favorable à une croissance portée par le secteur privé via une planification du développement. 

Selon une source proche du dossier, les entreprises opérant dans le secteur de l’énergie, des infrastructures et des technologies de l’information et de la communication peuvent présenter directement leurs projets à la Banque pour financement.

Le Guichet IDA 18 pourrait atteindre à terme 3520 milliards Fcfa à  4700 milliards de Fcfa.

 

                                                                           APA