Economie

Le Venezuela multiplie par 34 le salaire minimum

Le Venezuela multiplie par 34 le salaire minimum

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé vendredi la multiplication par 34 du salaire minimum, sans préciser la date d'entrée en vigueur de cette hausse qui s'inscrit dans son programme de relance économique.

Le chef de l'Etat socialiste a précisé que le salaire serait "indexé" à la valeur du petro, la cryptomonnaie vénézuélienne avec laquelle le gouvernement entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières de Etats-Unis. 

Chaque petro, selon le président, équivaut à environ 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien.

"1.800 bolivars"
"J'ai fixé le salaire minimum, les pensions de retraite et la base des salaires sur la base du petro moyen, 1.800 bolivars (la nouvelle monnaie, le "bolivar souverain", qui entre en vigueur lundi avec cinq zéros en moins que l'actuelle)", a déclaré Nicolas Maduro dans une allocution radio-télévisée.

Cours de l'actuel bolivar
Au cours de l'actuel bolivar, le revenu minimum passera de 5,2 millions (moins d'un dollar au taux du marché noir, qui domine l'économie) à 180 millions (environ 28 dollars). Cet ajustement de 3.464% est le cinquième de l'année.

Hyperinflation galopante
Le revenu minimum, qui ne suffit pas à acheter un kilo de viande, s'est effondré en raison d'une hyperinflation galopante qui pourrait atteindre 1.000.000% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).

"Discipline fiscale"
Nicolas Maduro a promis également que son gouvernement appliquerait un programme strict de "discipline fiscale". Il a annoncé que l'Etat assumerait pendant 90 jours le "différentiel" de l'augmentation du salaire minimum pour toutes "les petites et moyennes industries", sans en préciser les modalités.

Méthode "prussienne"
"Nous devons nous astreindre à une discipline fiscale prussienne et supprimer définitivement l'émission de monnaie non organique au profit de la création de monnaie dans la production de richesse, du pétrole, de l'or et du tourisme", a-t-il affirmé.

Commentaires