Société

Le déficit budgétaire ivoirien pourrait augmenter, voici les causes

Le déficit budgétaire ivoirien pourrait augmenter, voici les causes

Les mutineries et grognes sociales qui ont secoué le pays depuis le début de l’année, ont eu raison de la Côte d’Ivoire.  La chute des prix du cacao, des concessions accordées aux fonctionnaires et les paiements des primes aux soldats mutins pourraient augmenter le déficit budgétaire. En plus ceci pourrait également freiner la croissance économique ivoirienne cette année.

Le déficit budgétaire augmentera probablement à 5 pour cent du produit intérieur brut (PIB) cette année, comparé aux estimations gouvernementales de 3,9 pour cent pour 2016, a déclaré Charles Robertson, économiste en chef de  Renaissance  Capital à Londres.

Objectif du déficit est il approprié?

Le 22 mars, le Fonds monétaire international commencera un examen du programme triennal et pourrait adapter l’accord sur la facilité de crédit de  670 millions de dollars en fonction de l’impact de la combinaison des recettes moins élevées et des dépenses accrues, selon Alain Feler, représentant du FMI en Côte d’Ivoire

«Des concessions ont été accordées aux fonctionnaires, des paiements ont été faits ou promis aux mutins; Cela signifie des dépenses supplémentaires », a déclaré Feler par téléphone, selon Bloomberg . “Il y a un déficit de recettes dans un contexte d’une forte  baisse des prix du cacao. La question, c’est de savoir   si l’objectif de déficit reste approprié. ”

Le cacao  représente environ un cinquième des exportations de la Côte d’Ivoire et selon le FMI un changement de 1 pour cent dans les recettes d’exportation de cacao peut conduire à un impact de  0,63 pour cent sur les dépenses publiques

Graphique de la baisse du prix du cacao( Bloomberg)

Alors que le gouvernement a déclaré en septembre qu’il visera un déficit budgétaire de 3,4 pour cent du PIB en 2017, la Côte d’Ivoire révisera son budget 2017 suite à la chute du prix du cacao et la provision pour de nouvelles dépenses, selon le porte-parole du gouvernement , qui a été cité par Bloomberg.

Réaction du gouvernement

Il avait déclaré la semaine dernière que les ressources de la Côte d’Ivoire sont largement suffisantes pour faire face à ces dépenses malgré une baisse des prix du cacao. “Il n’y a rien de catastrophique.”

Les ajustements budgétaires s’inscrivent dans un contexte de contraction des liquidités dans l’union monétaire  de l’Afrique de l’Ouest après que la BCEAO a renforcé l’accès à sa fenêtre de refinancement en décembre et a augmenté le taux de facilité de prêt marginal. En conséquence, l’emprunt est faible et la Côte d’Ivoire et d’autres pays ont du mal à lever des fonds sur le marché régional. La semaine dernière, le gouvernement a vendu 29,9 milliards  FCFA provenant d’une émission d’obligation de bil 50 milliards FCFA

“Les autorités pourraient être tentées d’augmenter l’offre si les besoins de financement augmentent”, a déclaré Samir Gadio, analyste chez Standard Chartered Bank.

L’économie de la Côte d’Ivoire a enregistré une croissance de près de  8% l’année dernière, selon le FMI, la  plus forte  en Afrique subsaharienne. Si la croissance est prévue au même niveau pour 2017, elle ralentira dans les années à venir, selon John Ashbourne, économiste à Capital Economics Ltd. à Londres.

Ralentissement du boom

“Le pays est toujours en train de profiter du boom  de l’après-conflit qui a commencé en 2011”, a indiqué Ashbourne . « Maintenir ce taux de croissance n’a jamais été une perspective à long terme. Je ne pense pas que les problèmes que nous avons vus récemment en Côte d’Ivoire suffisent  à faire dérailler  le train , mais ils pourraient accélérer la fin du boom »



avec Intellivoire.net

Commentaires