Economie

Le Cameroun est un pays à risque de surendettement élevé, s'inquiète le FMI

Le Cameroun est un pays à risque de surendettement élevé, s'inquiète le FMI

Le Cameroun est un pays à risque de surendettement élevé, s'est inquiété lundi le Fonds monétaire international (FMI) au terme d'une mission conduite depuis la fin avril dans ce pays d'Afrique centrale.

 

"On est à un risque élevé de surendettement. Le niveau de la dette, il est aux environs de 35% du PIB. Il faut le mettre en rapport avec la capacité d'exportation (...) qui reste relativement faible. Il faut aussi voir que l'accélération de la dette a été très rapide", a ainsi déclaré à Yaoundé la cheffe de mission de l'institution, Corinne Deléchat.

Le FMI appuie les efforts de redressement économique du pays afin d'enrayer d'importants déficits budgétaires et la baisse des réserves de change, deux défis liés au contre-choc pétrolier mondial de 2014 et à diverses crises sécuritaires.

Depuis 2017, le Cameroun bénéficie de la part de cette institution financière une facilité élargie de crédit d'un montant de 666,2 millions de dollars pour une durée de trois ans et qui devrait atteindre environ 2,6 milliards de dollars avec des financements octroyés par d'autres bailleurs de fonds, au rang desquels la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD).

Cette aide est la bienvenue pour la première économie de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) confrontée aux conséquences de la brutale chute des cours mondiaux du brut en 2014, à la menace terroriste de Boko Haram, ainsi qu'à la crise sécessionniste qui sévit dans les régions anglophones (le Nord-Ouest et le Sud-Ouest) depuis 2016.

Le FMI propose d'y remédier par la mise en œuvre d'une série de réformes structurelles et économiques, qui impliquent en autres la réduction du train de vie de l'Etat, un choix judicieux de projets d'investissement ou encore l'amélioration des recettes fiscales et douanières par l'élargissement de l'assiette fiscale.

Lors d'une conférence de presse tenue au terme de la mission entamée le 27 avril, Mme Deléchat a expliqué que ce que le FMI "essaie de faire dans le cadre du programme, c'est de maîtriser cette croissance de l'endettement pour revenir à une trajectoire plus soutenable et là, ça va venir du fait de la consolidation budgétaire".

Le programme d'ajustement structurel œuvre également en faveur d'"un meilleur travail de priorisation sur les nouveaux endettements, donc de cibler les projets qui vont augmenter la base productive et également faire un travail sur les projets qui sont déjà signés, de voir vraiment ceux qui sont performants et ceux qui ne sont pas performants, pour faire une analyse plus fine avec les partenaires et aller de l'avant pour terminer les projets qui sont vraiment prioritaires", a ajouté la cheffe de mission.

 

Commentaires