Economie

Front anti Franc CFA: Kémi Séba s’en prend à Ouattara et Macron

Front anti Franc CFA: Kémi Séba s’en prend à Ouattara et Macron

Kémi Séba, le président d’Urgences Panafricaniste, un mouvement citoyen africain qui lutte contre "le pillage économique" par la France des pays utilisant le franc des Colonies françaises d’Afrique (CFA) s’est dressé contre les présidents ivoirien Alassane Ouattara et Emmanuel Macron, dans un post dimanche.

"En une période où la jeunesse africaine proteste avec la dernière énergie contre ce pillage économique que symbolise le FRANC CFA, le couple Emmanuel Macron-Alassane Ouattara a décidé d’enfoncer le couteau (de notre oppression économique) dans la plaie, en persistant et signant que non seulement le FRANC CFA est une bonne monnaie, mais qu’ils veulent de surcroît l’étendre aux pays africains anglophones de la CEDEAO", lit-on sur la page Facebook du mouvement.

"Nous pensons à l’élargissement de cette zone, puisqu’au niveau de la Cedeao, nous prévoyons une zone monétaire de la Cedeao. La monnaie que nous utilisons est une monnaie qui rend service aux peuples africains. Une monnaie appréciée qui circule dans les autres pays voisins, alors que beaucoup de monnaies de ces pays ne circulent pas chez nous. Elle a une certaine attractivité", a déclaré Alassane Ouattara, au sortir d’un déjeuner avec Emmanuel Macron jeudi dernier en France. 

Pour Kémi Séba et Urgences Panafricaines: "Pendant que la jeunesse africaine hurle avec désespoir son souhait d’avoir une monnaie africaine indépendante et autodéterminée, Macron et Ouattara répondent qu’ils veulent ÉTENDRE le FRANC CFA à d’autres pays africains qui ne l’utilisent pas. Ceci est pour nous non pas seulement un mépris pour le peuple africain, mais aussi et surtout une déclaration de guerre".

Le 19 août, Kémi Séba a brulé publiquement un billet de 5 000 FCFA à Dakar au sénégal qui abrite le siege de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao).

Arreté suite à cet acte et une plainte de la Beceao, puis jugé, l’activiste a été mis en liberté par la justice sénégalaise le 26 du mois passé.

Suite aux propos du chef de l’Exécutif ivoirien, "l’Ong Urgences Panafricanistes (structure initiatrice et régulatrice du Front Anti CFA) appelle chacun d’entre vous (individus ou associations) à se mobiliser bruyamment le 16 Septembre dans les capitales d’Afrique francophone et de la diaspora contre la servitude monétaire", ajoutant que :"Notre génération sera celle qui terminera le travail de la décolonisation en Afrique. L’heure n’est plus à la palabre, mais à l’action".

Pour rappel, le Franc CFA une appellation commune aux deux monnaies circulant dans les 14 pays membres de la Zone Franc suivants et dont la convertibilité extérieure est garantie par le Trésor français. Il s'agit des pays de la Zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique central): le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad. Le franc CFA y est émis par la Banque des Etats de l'Afrique centrale (Beac). 

Pays de la Zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine): le Bénin, le Burkina, la Côte d'Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Le franc CFA y est émis par la Bceao. 

Jusqu'au 12 janvier 1994, la parité était de 1 FF pour 50 F.CFA ou 1 F.CFA pour 0,02 FF. Depuis cette date, le franc CFA a subi un re-alignement monétaire par rapport au franc français et une nouvelle parité a été définie au taux de 1 Franc français pour 100 Francs CFA ou 1 Franc CFA pour 0,01 Franc français. Avec l'avènement de la monnaie unique européenne et l'arrimage du franc CFA à l'Euro, la parité FF/EUR a été arrêtée à 1 EUR = 6,55957 FF, soit de manière mécanique depuis le 1er janvier 1999, 1 EUR = 655,957 FCFA.

 

Commentaires