Economie

Côte d’Ivoire/Secteur privé : Les voyants sont au vert, plus de 6000 emplois “nationaux’’ créés et 189% d’investissements réalisés (CEPICI)

Côte d’Ivoire/Secteur privé : Les voyants sont au vert, plus de 6000 emplois “nationaux’’ créés et 189% d’investissements réalisés (CEPICI)

En 2017, le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) a entrepris de dresser un rapport de suivi-évaluation des investissements portant sur la période 2013-2015. Les conclusions ont été livrées ce mercredi 28 mars 2018 dans une note dont nous avons reçu copie.

 

 

Le moins que l’on puisse en déduire, c’est que l’économie ivoirienne se porte comme un charme, avec un secteur privé qui enchaine les records.

En effet, selon le rapport du CEPICI qui visait à « analyser la traçabilité et mesurer l’impact socioéconomique puis la viabilité des entreprises agréées en 2013 au Code des investissements », 86% sont en poursuite d’activité. Il a cependant été relevé un taux de mortalité des entreprises agréées en 2013 de l’ordre  de 2,6%. Des chiffres qui seront revus à la baisse jusqu’à atteindre « un taux 0% de mortalité », assure le CEPICI.

Le rapport de 2017 établit également le volume global d’investissements effectivement réalisés par les entreprises agréées. Il s’élève à 864 milliards de FCFA, « soit un taux de 189% par rapport au volume d’investissement prévisionnel ». Une embellie qui a permis de créer sur la même période 6 915 nouveaux emplois dont 95% (environ 6570) en faveur des nationaux, conformément à la politique du Gouvernement ivoirien.

Ces performances, le CEPICI les attribue à la compétitivité de l’économie ivoirienne résultant de l’amélioration constante de l’environnement des affaires, dont les pouvoirs publics ont d’ailleurs fait une priorité.

Dans le cadre de cette politique qui se révèle hautement bénéfique pour l’économie nationale, l’on peut citer la mise sur pied en 2012 du nouveau Code des investissements, qui est, comme le souligne la note d’information du CEPICI, « un dispositif d’incitations à l’investissement qui offre des garanties et des avantages fiscaux et douaniers aux entreprises durant les phases d’investissement et/ou d’exploitation ».

Après celles nées en 2013, la collecte des données se poursuit depuis le début de ce mois, auprès des entreprises agréées en 2014 et en 2015.

 

 

Commentaires