Economie

Côte d’Ivoire/ La BCEAO sensibilise des jeunes à l’inclusion financière

Côte d’Ivoire/ La BCEAO sensibilise des jeunes à l’inclusion financière

Dans le cadre de la 1ère Semaine de l’inclusion financière dans l’UEMOA, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a initié vendredi, une session de sensibilisation des jeunes issus de grandes écoles abidjanaises à l’inclusion financière.  

 

Organisée à la Maison de l’entreprise, au Plateau, cette session a été marquée par deux panels. L’un a porté sur le thème ‘’Problématique des services financiers innovants offerts par les banques, les SFD et les EME aux jeunes dans l’UEMOA’’ et l’autre, sur ‘’Problématique de l’entreprenariat des jeunes dans l’UEMOA’’.

 

Pour le directeur national de la BCEAO en Côte d’Ivoire, Chalouho Coulibaly, le potentiel de la population jeune engendre des défis importants dont l’accès aux services financiers. C’est pourquoi, cette session vise à leur faire comprendre les bonnes pratiques en matière d’épargne et d’entreprenariat, de partager avec eux, les vertus de l’épargne et les possibilités qu’elle offre pour l’investissement.

 

Ainsi, les thématiques abordées devraient permettre la mise en exergue des enjeux liés à la planification et la budgétisation des dépenses, d’avoir des échanges avec les acteurs de l’inclusion financière pour une meilleure compréhension des produits et services financiers offerts par les institutions de microfinances, les établissements de monnaie électronique et les banques.

 

De son côté le conseiller technique du directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Jules Gonnet s’est appesanti sur l’apport indubitable de l’inclusion financière dans la croissance économique de la Côte d’Ivoire, pays qui aspire à l’émergence en 2020.

 

Selon M. Gonnet, une enquête récemment publiée montre que la Côte d’Ivoire a réalisé des progrès substantiels en matière d’inclusion financière, avec désormais 41% des adultes qui possèdent un compte, soit une augmentation de 21% par rapport à 2014. Ces enquêtes montrent également que le ‘’mobile money’’ est le moteur des progrès en matière d’inclusion financière.

 

Alors que la bancarisation de la population au niveau des structures bancaires classiques est d’environ 11%, ce taux est de près de 53% grâce à la microfinance et aux opérateurs de ‘’mobile money’’, a affirmé M. Gonnet. Il a donc invité les différents acteurs à relever les défis en vue d’améliorer l’accès des services financiers

Commentaires