Economie

Côte d’Ivoire/Des cartes professionnelles attribuées désormais aux commerçants

 Côte d’Ivoire/Des cartes professionnelles attribuées désormais aux commerçants

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba a procédé jeudi au lancement de la carte professionnelle du commerçant à Abidjan.

Ce projet a pour but de mettre en place une véritable politique de modernisation du commerce dont le préalable est la constitution d’un fichier national de commerçants et la cartographie de l’activité commerciale.

Pour se faire enrôler, les intéressés doivent fournir des documents et prévoir des montants allant de 8.500 FCFA à 75.000 FCFA.

Le ministre Diarrassouba a précisé que le Gouvernement a initié ce projet de recensement, d’identification et de délivrance de la carte de commerçant de Côte d’Ivoire afin de pallier les difficultés rencontrées dans le secteur.

«La Côte d’Ivoire a ainsi l’occasion de bâtir un secteur de commerce moderne et prospère, ce qui constitue, à n’en point douter, un moyen efficace de lutte contre la pauvreté, notamment des populations les plus vulnérables que sont les femmes et les jeunes, à travers la création d’emplois décents», a expliqué M. Diarrassouba.

La nouvelle formulation du projet d’identification des acteurs et des activités commerciales, selon le ministre du Commerce, privilégie une approche à la fois participative, transparente, inclusive et innovante en témoigne, le processus de sélection de l’opérateur technique, l’adoption du mode opératoire et la consultation préalable de toutes les parties prenantes.

«La carte de commerçant, ouvre donc une nouvelle ère pour notre secteur. Elle vient renforcer la modernisation de l’activité commerciale et partant, toutes les autres branches de l’économie», a développé le ministre.

Cette carte administrative qui permet de prouver le statut de commerçants a pour but entre autres, la professionnalisation et la sécurisation de l’activité des commerçants,  l’accès aux crédits à des taux d’intérêts concessionnels à travers un fonds de garantie,  la création d’un système de pension des commerçants,  la couverture des risques liés à l’activité commerciale.

En effet, les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs du secteur du commerce constituent un frein à la promotion du commerce et limitent sa contribution à l’économie nationale.

A cela s’ajoutent plusieurs insuffisances au niveau de l’activité commerciale, portant notamment sur la prédominance de fonctions d’intermédiation dans certaines filières, des dysfonctionnements dans les circuits de distribution, le manque de formation sur les pratiques commerciales et les pratiques anticoncurrentielles,  les diverses tracasseries et les problèmes de financements.

Ledit projet permettra d’accompagner plus efficacement la modernisation et le développement du secteur commerce afin de mieux répondre aux attentes des consommateurs, qui, deviennent de plus en plus exigeants.

Commentaires