« On prendra des décisions pour encadrer le loyer (logement à usage d’habitation) pour ne pas qu’il y ait des abus », a dit M. Souleymane Diarrassouba, au cours d’une réunion dans les locaux du Conseil national des exportations (CNE), à Abidjan.

Les principaux postes de dépenses des ménages en Côte d’Ivoire sont notamment le transport, le logement et l’électricité, a-t-il relevé, avant d’ajouter que le gouvernement fait des efforts en appuyant des secteurs afin qu’il n’y ait pas d’inflation.

L’Etat ivoirien envisage des mesures réglementaires en vue de la mise en œuvre d’une politique concernant les contrats de bail. Ces dispositions visent, entre autre, à fixer un plafond pour le bail à usage d’habitation. 

A Abidjan, la capitale économique du pays, les propriétaires des maisons à usage d’habitation exigent généralement trois mois de caution et une avance de trois mois de loyers, ce qui est jugé excessif par les populations.

Le déficit de logements en Côte d’Ivoire est évalué à 400.000 unités par an dont 200.000 pour le District d’Abidjan. Ce déficit croit de l’ordre de 10% chaque année. Cette situation a créé une hausse des coûts de loyers en raison de la forte demande.

 

                                                                          APA